Maurice Ernest

Maurice Yvonne

Année de nomination : 2011      Dossier n° 12171 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

M. Ernest Maurice
Date de naissance : 15/09/1880
Date de décès : 10/02/1955
Profession : Chef de gare, cultivateur
Particularité : Famille d'acceuil pour enfants placés par l'Assistance Publique

Mme Yvonne Maurice (née Chardon)
Date de naissance : 27/09/1890
Date de décès : 23/11/1985
Profession : Cultivatrice, famille d'acceuil pour enfants placés par l'Assistance Publique
Particularité : Information non disponible

Localisation

Localite : Chailles
Département : Loir-et-Cher
Région : Centre
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Date : 2 septembre 2012
Lieu : Mairie de Villelouet-Chailles (41120)

Date : 20 mai 2013
Lieu : Mairie de Villelouet-Chailles (41120)

Personnes sauvées

Mme Josette Boudé (née Goldberg)

Mme Nelly Boudé (née Lifshitz)

Mme Monique Boudé (née Weisberg)

Lieux de mémoire

Allée des Justes à Jérusalem
Allée des Justes à Paris

L'histoire

La famille Boudé habitait avant la guerre à Paris dans le 18ème arrondissement. Le père, Jacques Boudé était né en France de parents immigrés de Pologne vers 1910. Sa femme Marjem Buda était née à Jask en Pologne et arrivée en France avec sa famille en 1925 à l’âge de 14 ans. En réalité, ils avaient le même nom de famille à la naissance (Buda) car ils étaient cousins germains par leurs pères. Jacques était tailleur pour hommes, travaillant dans l’atelier de son père et Marjem était finisseuse. En juillet 1938 naissent des jumelles Monique et Josette. Une troisième fille naît en 1940.

Jacques est mobilisé dès le début de la guerre, fait prisonnier en juin 1940 jusqu’à la fin de la guerre. Il reste constamment hospitalisé après la guerre et décède en 1956.

Marjem travaille dans l’atelier de son père et reste à Paris avec ses trois filles. En 1941, une collègue de travail lui donne les coordonnées d’une personne pouvant accueillir et cacher les enfants. Elle les confie à une première famille dans le Loir et Cher qui ne peut les garder que trois mois. Puis elles sont redirigées vers la ferme d’Ernest et Yvonne Maurice à Chailles qui acceptent les enfants. Marjem les informe dès le début qu’elle et ses filles sont juives.

Les Maurice hébergent aussi trois adolescents, Jeannine et Robert qui leur avaient été confiés dès leur naissance par l’Assistance Publique ainsi que Nicole âgée de seize ans confiée par sa mère. Les Maurice ont un fils Roger né en 1913 qui n’habite plus avec eux.

Les fillettes sont restées à la ferme jusqu’à la Libération. Elles allaient à l’école maternelle, puis à l’école primaire. Elles ont été traitées avec amour, elles ont connu la sécurité et le respect. Leur Maman qui était restée dans son appartement à Paris, est venue les voir plusieurs fois en prenant des risques. Les habitants du village ont toujours ignoré l’identité juive des fillettes. Elles étaient « des petites parisiennes ». Madame Boudé essayait de donner un peu d’argent à Madame Maurice mais cette dernière refusait régulièrement.

Jacques Buda (le frère de Marjem) a été également caché chez les Maurice pendant un temps.

Les familles Boudé et Maurice sont toujours restées en relation après la guerre.  La mère des trois filles est décédée en 2009 et tout la « famille de Villelouet » est venue à l’enterrement.

Le 10 juillet 2011, l’Institut Yad Vashem Jérusalem a décerné le titre de Justes parmi les Nations à Monsieur Ernest Maurice et à son épouse Madame Yvonne Maurice.