Chaillet Joseph

Année de nomination : 2012      Dossier n° 12368 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Dr Joseph Chaillet
Date de naissance : 16/05/1907
Date de décès : 08/05/1980
Profession : Médecin
Particularité : Information non disponible

Localisation

Localite : Paris
Département : Paris
Région : Île-de-France
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Date : 26 février 2013
Lieu : Mairie du 3ème - Paris (75003)

Personnes sauvées

Mme Claire Estryn (née Freedman)

M. Albert Ickowicz

M. Chaim Ickowitz

Lieux de mémoire

Le parcours sonore des Justes de Paris
Allée des Justes à Jérusalem
Allée des Justes à Paris

L'histoire

Docteur Joseph Chaillet en 1942 Pour un certain nombre de Juifs originaires d’Europe centrale et réfugiés en France – ce qui était le cas de Chaïm ICKOWICZ, né en 1900 en Pologne –, le début de la déportation programmée par l’État français est passé par le camp de Pithiviers, dans le Loiret.

Albert ICKOWICZ, un de ses fils, se souvient très bien de la scène. La famille ICKOWICZ, alors composée de Chaïm, le père ; de Chaja, la mère ; d’Isaac, dit Claude, d’Albert, de Jacques et de Georges, est à table, en 1941, dans l’appartement situé au 30, rue N-D de Nazareth, à Paris 3e.

« On sonne à la porte, raconte Albert. Nous ouvrons. Ce sont deux policiers en civil qui remettent à mon père une convocation à se rendre, le lendemain matin, à la caserne des Minimes, près de la place des Vosges. Il doit avoir une valise avec le minimum de vêtements et des vivres pour 48 heures ».

Le lendemain, Chaïm ICKOWICZ se rend à la caserne. De là, il est transféré et interné dans un camp du Loiret, à Pithiviers. Il parvient à prévenir sa famille. Chaja ne parlant pratiquement pas le français, elle se rend à l’extérieur du camp avec Claude, le fils aîné, et Albert. À travers les barbelés, ils communiquent avec Chaïm, qui leur demande de prendre contact avec leur médecin traitant à Paris, le Docteur Joseph CHAILLET, afin qu’il leur vienne en aide.

Quelques jours plus tard, Chaja, Claude et Albert reviennent à Pithiviers avec une petite boîte contenant une fiole et un petit mot confiés par le Docteur CHAILLET.

Toute la difficulté résidait dans le fait de transmettre la boîte à Chaïm : le camp de Pithiviers était encerclé de barbelés et gardé par des gendarmes français.

En se faufilant tout en circulant autour du camp, Albert ICKOWICZ parvient à faire passer la « précieuse » boîte. Le stratagème élaboré par le Docteur CHAILLET pouvait commencer.

Chaïm ICKOWICZ se fait porter malade à l’infirmerie. Puis, en simulant une toux phtisique, il verse discrètement le contenu de la fiole – des crachats d’un vrai malade tuberculeux – dans un crachoir, en attirant ensuite l’attention sur le fait qu’il pourrait contaminer d’autres patients. De plus, le Docteur CHAILLET lui avait fait passer un vrai-faux dossier médical indiquant qu’il était tuberculeux, que Chaïm transmet à un planton.

C’est ainsi que Chaïm ICKOWICZ est transféré à la clinique Geoffroy-Saint-Hilaire à Paris, d’où il s’évade, durant la nuit suivante.

Le Docteur CHAILLET a également prêté une chambre de bonne au dernier étage de son immeuble pour que la famille ICKOWICZ puisse mettre à l’abri, durant le restant de la guerre, quelques objets de valeur. 

Par des passeurs professionnels, Chaïm ICKOWICZ passe la ligne de démarcation et se réfugie à Carpentras (Vaucluse). Chaja ICKOWICZ et ses quatre fils rejoignèrent alors Chaïm dans le Vaucluse.

Le 28 Mars 2012, l’Institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné le titre de Juste parmi les Nations à Monsieur Joseph Chaillet.

 

 

Docteur Chaillet Joseph Chaillet Diplôme du Docteur Chaillet Enfant sauvé Albert Ickowicz Philippe et Marie-Françoise CHAILLET les enfants du Docteur Chaillet lors de la cérémonie