Vergnes Louis

Vergnes Hortense

Année de nomination : 2012      Dossier n° 12375 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

M. Louis Vergnes
Date de naissance : 11/10/1887
Date de décès : 09/04/1954
Profession : Cultivateur
Particularité : Information non disponible

Mme Hortense Vergnes (née Guiraud)
Date de naissance : 12/04/1892
Date de décès : 10/10/1978
Profession : Cultivatrice
Particularité : Information non disponible

Localisation

Localite : Florensac
Département : Hérault
Région : Languedoc-Roussillon
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Date : 12 décembre 2013
Lieu : Mairie de Florensac (34510)

Personnes sauvées

M. Robert Walcour

Lieux de mémoire

Allée des Justes à Jérusalem
Allée des Justes à Paris

L'histoire

Hortense VERGNES   Louis Vergnes Robert Walcour (anciennement Weil) est né à Paris en 1923 dans une famille juive traditionaliste d’origine alsacienne. Ses parents Georges Weil né en 1885 à Vincennes et sa mère Suzanne Blum née en 1890 à Thann dans le Haut-Rhin se sont mariés à Belfort en 1920.

La famille habitait dans le XIème arrondissement de paris. Georges possédait une entreprise d’orfèvrerie dans l’IIIème arrondissement de la capitale. Cette entreprise a été mise sous administrateur judiciaire pendant l’occupation mais récupérée par la famille après la libération.

Afin de protéger sa famille, Georges Weil avait envoyé sa femme, son fils et sa fille à Puy où se trouvaient une grande partie de leurs proches. Georges lui-même a été arrêté le 16 août 1941, envoyé à Drancy où il est resté pendant plus de deux ans et ensuite a été déporté par le convoi du 20 novembre 1943. Il est décédé à Auschwitz cinq jours plus tard.

Le fils Robert n’a jamais parlé de cette période à sa famille, c’est après son décès en 1988 que sa femme et ses deux filles ont trouvé des vieilles photos et ont reconstitué son parcours pendant la guerre.

Tandis que sa mère et sa sœur sont restées au Puy, Robert a intégré les Chantiers de la Jeunesse en mars 1942, il a travaillé dans la région jusqu’en septembre ou octobre 1942 quand il a  été exclu en tant que juif.

Il contacte dès lors une famille de Saint-Pioch, à côté de Florensac chez qui il avait travaillé avec les Chantiers de jeunesse et leur demande de l’accueillir.

Louis et Hortense Vergnes acceptent et il reste chez eux jusqu’à la libération. Ila  été considérait comme un enfant de la famille, il appelait Hortense « sa seconde maman ». Il travaillait au champ, labourait, faisait les vendanges. Il était copain avec les jeunes du village. Grâce à la famille Vergnes, le secrétaire de mairie lui avait procuré des papiers au nom de Robert Well, fils de Georges Well et de Suzanne Blanc.

Le 17 avril 2012, l’Institut Yad Vashem Jérusalem a décerné le titre de Juste parmi les Nations à Monsieur Vergnes Louis & à son épouse Hortense.

 

La famille VERGNES Pierre Charles Marguerite Cyprienne et Anne-Marie et Robert Weil