Desplanque Ernestine

Mergoux Amélie

Année de nomination : 2012      Dossier n° 12481 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Mme Ernestine Desplanque (née Mergoux)
Date de naissance : 18/02/1892
Date de décès : 12/01/1970
Profession : Hôtelière (avant guerre)
Particularité : Veuve

Mme Amélie Mergoux (née Defossé)
Date de naissance : 16/10/1865
Date de décès : 02/03/1962
Profession : Retraitée, mère de 2 enfants
Particularité : Information non disponible

Localisation

Localite : Villers-Saint-Sépulcre
Département : Oise
Région : Picardie
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Date : 19 janvier 2014
Lieu : Mairie de Villers Saint-Sépulcre (60134)

Lire le compte-rendu

Personnes sauvées

M. Jean Pleskoff

M. Michel Pleskoff

Mme Danielle Sebban (née Zeldine)

Lieux de mémoire

Place Ernestine DESPLANQUE et Amélie MERGOUX
Allée des Justes à Jérusalem
Allée des Justes à Paris

L'histoire

Amélie Mergoux   Ernestine Desplanque Les parents de Danielle ZELDINE sont nés tous les deux à Paris. Sa mère Eva Baron est né en 1917, ses parents étaient d’origine Polonaise et étaient arrivés en France en 1905 comme les parents de son père.

Ce dernier Henri était né en 1911 de parents d’origine Russe. Avant la guerre la maman était secrétaire et le papa ouvrier fourreur, ils habitaient au 1bis rue Carpeaux 75018 Paris.

Quand la guerre éclate le père après avoir été fait prisonnier s’évade de la citadelle de Cambrai, il se réfugie à Lyon ou il trouve un travail. La mère reste avec Danielle à Paris mais en 1940 elles sont dénoncées par la concierge elles déménagent à la cloche de bois. Comme il était dangereux de vivre à Paris pour une enfant de cet âge sa mère décide de l’envoyer à la campagne. En fait bien avant la guerre des cousins du père connaissaient Ernestine DESPLANQUE et son mari qui tenaient un hôtel au village. En 1940 Ernestine était veuve avait vendu l’hôtel et habitait avec sa maman .La mère et la fille acceptent de prendre l’enfant. 

Personne ne savait qu’elle était juive, elle va à l’école c’est là se souvient elle qu’elle a appris à lire et écrire. Par sécurité la deuxième fille de Madame MERGOUX, Renée ATIN (cultivatrice) l’a fait baptiser par le curé du village mais elle ne se souvient pas d’avoir assisté une fois à la messe.

Les parents de Michel et Jean PLESKOFF : le père né en Mai 1897 à Paris meurt  en mai 1933 il avait fait la guerre de 1914 1918 il en était revenu blessé il fut décoré pour acte de bravoure. Il était boulanger. La maman Louise est née en 1907 et à la mort du père elle reprend seule la boulangerie familiale. A l’âge de trois semaines Jean est mis en nourrice chez Madame MERGOUX. Il y reste jusqu’à six ans mais il l’indique dans son témoignage son cœur était resté au village. La mère fut arrêtée le 21/09/1942 et transférée à Drancy, les enfants  furent placés par la famille dans une maison de l’UGIF à Montreuil. Mais la maman très lucide demande que les enfants quittent le centre et soient cachés.

Tout naturellement Madame MERGOUX et sa fille Ernestine acceptent de cacher Jean  et Michel mais tout le monde au village les connaissaient et savaient qu’ils étaient juifs. Jean arrive en septembre 1943 il reste caché jusqu’en aout 1944, Michel venait passer toutes les vacances scolaires. Michel raconte dans son témoignage comment il se rendait pendant les vacances au  village : il prenait le train sans porter l’étoile jaune descendait à la gare de Montreuil station suivante de celle de Villers  et se rendait de nuit et à travers les champs à son lieu de destination. Il avait 13 ans.

Danielle retrouve ses deux parents elle n’avait jamais revu son père pendant cette période et sa mère qui vivait dans la clandestinité a pris le risque que deux fois pendant  toutes ces années.

La mère des deux garçons est revenue du camp.

Les deux dames ont pris les enfants sans aucune rétribution et les trois témoins ont gardé des souvenirs heureux de cette période et ont gardé des contacts avec la famille.

Le 13 Novembre 2012, l’Institut yad Vashem Jérusalem a décerné le titre de Juste parmi les Nations à madame Desplanque Ernestine et à Madame Mergoux Amélie.

 

Amélie Mergoux et Ernestine Desplanque Desplanque Danielle, amélie Mergoux, jean et Michel Pleskoff Jean & Michel Pleskoff pendant la guerre Jean & Michel Pleskoff à la Libération Madame MERGOUX Madame DESPLANQUE jean et Michel et Danielle Zeldine