Année de nomination :       Dossier n° 12504A -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Localisation

Localite : Information non disponible
Département : Information non disponible
Région : Information non disponible
Pays : Information non disponible

Cérémonies de reconnaissance

Date : 29 juin 2014
Lieu : Usine Cuprofil - Saint-Fons (69190)

Personnes sauvées

M. Jacob Médina

Mme Esther Sebag

Mme Simy Smadja (née Médina)

Lieux de mémoire

Allée des Justes à Jérusalem
Allée des Justes à Paris

L'histoire

Emile-François FANTON et son épouse Louise CELLARD à la Roseraie du parc de la Tête d'or à Lyon La famille Médina est arrivée du Maroc et s’est installée en France à Saint-Fons dans le département du Rhône en 1924. Elle est composée des parents, Léon et Fréa et leurs deux filles Simy née à Tanger en 1921 et Esther en 1923. Le père a été embauché assez rapidement dans une usine de produits chimiques et colorants. Vers 1928, la mère travaille dans une autre usine pharmaceutique. Cinq autres enfants naissent : Jacob en 1928, Aïch en 1930, Perlette en 1931, David en 1934 et Albert en 1935.

En décembre 1942, après l’occupation de la zone libre par les Allemands, le père Léon Médina décède des suites d’une grave maladie. Jacob, l’aîné des garçons commence à travailler dans une tréfilerie pour aider la famille à survivre. Simy, l’aînée y travaille aussi.

Début 1943, le directeur de l’usine où travaille Fréa Médina l’appelle pour l’informer qu’il ne peut plus la garder à cause de la Gestapo qui venait souvent chercher des Juifs. Sur ses conseils, la mère et les cinq enfants qui ne travaillent pas partent se cacher dans le Beaujolais du côté d’Aigueperse. Avec l’appui du maire du village et l’aide des maquisards locaux pour l’approvisionnement en nourriture, ils ont trouvé une pièce pour se loger.

A cause des contrôles de la Gestapo et craignant d’être dénoncés, Simy et Jacob Médina avaient peur de sortir de l’usine. Le directeur général de l’entreprise, Monsieur Jean-Louis Fanton et son frère, Monsieur François-Emile Fanton, le directeur de la production, prenant le risque d’être dénoncés aussi, les autorisèrent à dormir dans l’usine pendant plusieurs mois. Ils leur fournissaient aussi de la nourriture. Simy et Jacob finirent par rejoindre leur famille dans le Beaujolais où ils restèrent cachés jusqu’à la Libération.

Le 19 février 2013, l’Institut Yad Vashem Jérusalem a décerné le titre de Justes parmi les Nations à Monsieur Jean-Louis Fanton et à Monsieur François-Emile Fanton.