Sauvat Rose

Année de nomination : 2013      Dossier n° 12546 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Mme Rose Sauvat
Date de naissance : 28/10/1907
Date de décès : 27/04/1994
Profession : Information non disponible
Particularité : Information non disponible

Localisation

Localite : Clermont-Ferrand
Département : Puy-de-Dôme
Région : Auvergne
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Information non disponible

Personnes sauvées

Mme Rosa Abovici (née Wachsberg)

Mme Josette Izard (née Abovici)

Lieux de mémoire

Allée des Justes à Jérusalem
Allée des Justes à Paris

L'histoire

Avant la guerre, Haïm Abovici vivait avec sa femme Rosa et leur fille Josette née en 1930 à Clermont-Ferrand en Auvergne. En septembre 1943, la police française menait des arrestations massives de Juifs dans cette ville. Le 8 septembre 1943, les gendarmes vinrent arrêter Haïm Abovici, le sortirent brutalement de l’appartement et l’embarquèrent dans leur voiture. Il fut envoyé à Drancy et de là déporté par le convoi N° 61 le 28 octobre 1943 à Auschwitz, où il fut assassiné.

Quand Haïm fut arrêté, Rosa, morte de peur, se précipita chez la voisine du premier étage de l’immeuble qui s’appelait Rose Sauvat et la supplia de l’aider. Rose Sauvat, qui habitait seule, ouvrit immédiatement sa porte et accepta d’héberger Rosa et Josette dans son appartement. Elle prenait de grands risques, particulièrement à cet instant-là. Environ dix minutes après avoir embarqué Haïm, les gendarmes revinrent chercher Rosa et Josette, mais découvrirent l’appartement vide. Tout ceci se passa tellement rapidement !

Josette et sa mère passèrent la nuit dans l’appartement de Rose Sauvat. Ce fut la plus horrible nuit de leur vie. Le lendemain matin elles s’enfuirent vers Grenoble où des membres de leur famille étaient réfugiés. Josette et sa mère survécurent à la guerre.

Après la Libération, Rosa et Josette reconstruisirent leur vie, non sans difficulté. Mais bien qu’elles aient perdu le contact avec leur sauveuse, Josette n’oublia jamais cette nuit d’angoisse. Ces dix minutes où Rose Sauvat prit la décision de la cacher avec sa mère évita leur arrestation et les protégea d’une mort certaine.

 

Le 30 avril 2013, l’Institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné le titre de Juste parmi les Nations à Madame Rose Sauvat.