Simier René

Simier Anna

Année de nomination : 2013      Dossier n° 12555 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

M. René Simier
Date de naissance : 30/09/1897
Date de décès : 25/10/1980
Profession : Taxi, ambulancier, Bûcheron
Particularité : Information non disponible

Mme Anna Simier (née Guerineau)
Date de naissance : 20/04/1901
Date de décès : 11/06/1989
Profession : Femme de ménage
Particularité : Information non disponible

Localisation

Localite : Poncé-sur-le-Loir
Département : Sarthe
Région : Pays-de-La-Loire
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Information non disponible

Personnes sauvées

M. Henri Racimora

Lieux de mémoire

Allée des Justes à Jérusalem
Allée des Justes à Paris

L'histoire

La famille Racimora est arrivée de Pologne dans les années 1929 – 1930. D’abord le père Nuta, accompagné de son fils Maurice, puis la mère Marjem avec la fille Rosa et le fils Robert. Henri naît en 1931 à Paris. Vers 1933, le père ouvre un salon de coiffure mixte rue Pixéricourt à Paris 20ème. Marjem décède début novembre 1941. Rosa est arrêtée en 1942 et est déportée avec son mari à Auschwitz. Ils ne reviendront pas.

Au début de l’année 1943, Nuta Racimora décide de cacher son jeune fils Henri et s’adresse à un voisin qui parle à un prêtre catholique, l’Abbé Goetz. Celui-ci dirigeait un patronage rue de Pelleport à Paris et organisait tous les étés un camp de vacances et envoyait les enfants du patronage dans un village de la Sarthe, à Poncé sur Loir. Monsieur et Madame Simier acceptent d’accueillir Henri. Il se sent très bien dans cette famille et y reste de mars 1943 à novembre 1944.

Henri établit dès le début une très bonne relation avec Claude, le fils des Simier. Comme l’enfant n’a pas de papiers, ils décident de déclarer qu’Henri se trouvait chez eux en convalescence après une longue maladie qui l’avait beaucoup fatigué et qu’il avait besoin de repos.

Henri Racimora se rappelle qu’il « n’a jamais manqué de rien ». Il aimait travailler dans le jardin, mais on ne le laissait jamais seul. En 1944, Maurice, le frère d’Henri, est également très bien accueilli par les Simier. Maurice ramène Henri à Paris où il a retrouvé son père Nuta et son autre frère Robert.

Henri  commence à travailler comme garçon coiffeur et une année plus tard comme coiffeur.

Henri a gardé des relations avec la famille Simier qu’il est retourné voir régulièrement après la guerre.

Le 26 mai 2013, L’Institut Yad Vashem Jérusalem a décerné le titre de Juste parmi les Nations à Monsieur René Simier et à son épouse Anna .

 

Anna Simier au lavoir dans les années 60 dans la courette en 1978 avec le père et la mère Anna SIMMER à gauche René Simier en 1978 en famille de face Anna et  henri Racimora de dos Claude Simier son fils Loïc et sa femme 6 août 1983 la Mère Simier