Mazière Louis

Année de nomination : 2013      Dossier n° 12606 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

M. Louis Mazière
Date de naissance :
Profession : Maire
Particularité : Information non disponible

Localisation

Localite : Moutier Rozeille
Département : Creuse
Région : Limousin
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Date : 3 février 2014
Lieu : Mémorial de la Shoah - Paris (75004)

Lire le compte-rendu

Personnes sauvées

M. Szymon Obstander

Mme Anna Obstander

Lieux de mémoire

Allée des Justes à Jérusalem
Allée des Justes à Paris

L'histoire

Deux femmes ayant vécu à cette époque sont des témoins privilégiées, il s’agit d’une personne sauvée et d’une autre de la famille des sauveurs. En plus de leurs témoignages, les enfants ont trouvé de nombreux documents administratifs des services en cours durant cette période.

Le projet pédagogique s’est concentré essentiellement sur la famille Obstander ; le père Szymon né en 1894, la mère Rozalia née en 1899, le fils Maurice né en 1928, la grande fille Anna née en 1929 (le témoin principal) et la plus petite, Rachel née en 1934.

Les parents sont venus de Pologne dans les années 20 à Anvers et ont fui la Belgique en 1940 pour aller dans le sud de la France. Ils se sont arrêtés pour des raisons inconnues dans la ville de Moitier-Rozeille. Dés le début, ils ont été pris en charge par le Maire de la commune Louis Mazière et sa secrétaire Léone Pelaud. Ils les ont aidé à trouver un logement, leur ont procuré des tickets d’alimentation et ont inscrits les enfants à l’école. Les enseignants restaient après les heures de cours pour enseigner le français aux enfants qui ne parlaient que le Yiddish et le Polonais.

Peu de temps après leur arrivée, ils ont reçu l’ordre de se présenter au camp de Soudeille. A cet endroit, le gouvernement de Vichy y concentrait tous les étrangers juifs et non juifs. La convocation ne concernant que les hommes Szymon s’y rendit alors que sa famille resta sur place. Il ne les revit plus jusqu’à la fin de la guerre.

Fin aout 1942, avant que les allemands ne franchissent la ligne de démarcation, le gouvernement de Vichy procède à l’arrestation de tous les juifs étrangers. Le 25 aout pendant la nuit, c’est au tour de Rozalia Obstander et de ses enfants. Elle envoie sa fille Anna prévenir Léone Pelaud pour que celle-ci vienne les sauver rapidement.

Léone sort Louis Mazière, le maire, de son lit et les deux viennent au domicile des Obstander et commencent à négocier avec les policiers afin de libérer la famille. Les policiers ne cèdent pas et Rozalia et ses trois enfants sont amenés à Boussac près d’Aubusson.

Le lendemain de l’arrestation, le père qui s’est évadé de Soudeille arrive à Moutier pour emmener sa famille et se cacher, car il a appris que tous les juifs étrangers capturés seront envoyés à Drancy, puis déportés. Quand il apprend que sa famille a été arrêtée et envoyé à Boussac, il s’évanouit. Louis Mazière présent à ce moment lui promet qu’il fera tout son possible pour que sa famille soit libérée. Aussi, il emmène Szymon dans une grange en dehors de la ville qui lui appartient afin qu’il ne retourne pas à Soudeille. Szymon y restera jusqu’à la fin de la guerre. Il y sera seul, sera ravitaillé la nuit et à la libération se trouvera dans un état mental proche de la folie.

 

Quelques jours après l’arrestation de Rozalia et de ses enfants, Louis Mazière se rend à Boussac. Il trouve Rozalia malade. Il demande et obtient l’autorisation de l’hospitaliser à Aubusson avec les enfants qui ne pouvaient pas rester seuls de toute façon dans le camp. A proximité de l’hôpital, il y avait une maison d’hôtes pour accueillir les proches des personnes hospitalisées, géré par la croix rouge. Les deux filles allèrent dans un dortoir pour filles, et le garçon dans un dortoir pour garçon. Maurice le garçon n’y reste pas longtemps, il part chercher du travail et perd contact avec sa famille jusqu’à la fin de la guerre. Les filles restent, vont à l’école mais ont des difficultés pour se procurer de la nourriture. Cette situation parvient aux oreilles de Mme Pelaud.

Elle en parle à sa voisine Mme Le Hello qui décide de prendre les filles chez elle. M. Le Hello va les chercher à Aubusson et les ramène chez eux. Jusqu’à la libération Anna est chez Mme Pelaud, tandis que Rachel est chez Simone Le Hello.

A la fin de la guerre, Rozalia quitte l’hôpital et toute la famille se retrouve. Après de longs efforts, ils parviennent à revenir en Belgique. Maurice part vivre en Israël, Anna se marie à l’age de 18 ans et part vivre au Canada avec son mari et rachel prend sur elle de s’occuper de leurs parents. Anna a gardé touts ces années des relations avec la famille Pelaud et surtout avec leur fille Arlette. Rachel n’a pas gardé contact avec ses sauveurs, mais dans les années 70 elle est allé à Moitier-Rozeille et leur a rendu visite.

Le 27 mai 2013 l’Institut Yad vashem Jérusalem a décerné le titre de Juste parmi les Nations à Monsieur Mazière Louis ainsi qu’à Monsieur Pelaud Justin et son épouse Léone.

 

 

Elisabeth REMY ayant-droit avec sa fille Agate lisant le poème le Badge lors de la cérémonie Pierre Nétange et sa soeur, les ayants-droits de Louis Mazière