Bézer René

Bézer Andréa

Année de nomination : 2013      Dossier n° 12686 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

M. René Bézer
Date de naissance : 09/05/1895
Date de décès : 02/07/1976
Profession : Agriculteur
Particularité : Information non disponible

Mme Andréa Bézer (née Brante)
Date de naissance : 27/09/1899
Date de décès : 02/01/1988
Profession : Agricultrice
Particularité : Information non disponible

Localisation

Localite : Villes-sur-Auzon
Département : Vaucluse
Région : Provence-Alpes-Côte-D'Azur
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Date : 4 novembre 2015
Lieu : Villes-sur-Auzon (84570)

Lire le compte-rendu

Personnes sauvées

M. Laurent Lévy

Mme Claudine Lévy (née Seunanèche)

Mme Sylvie Piver (née Seunanèche)

Mme Marion Point (née Lévy)

M. Maurice Seunanèche

M. Armand Seunanèche

M. Pascal Seunanèche

Mme Germaine Seunanèche (née Loznéanu)

Lieux de mémoire

Allée des Justes à Jérusalem
Allée des Justes à Paris

L'histoire

La famille Seunanèche, venant de Boufarik en Algérie, s’installe à Marseille en septembre 1896. Ils ont quatre enfants, dont Maurice né en avril 1896. Maurice Seunanèche s’engage dans l’armée en 1914. Blessé, il est pensionné pour invalidité partielle. Il deviendra représentant de commerce. Maurice épouse en 1928 Germaine Loznéanu, née en 1904 à Aix en Provence.

Le couple Seunanèche vit avec ses deux enfants, Armand né en 1929 et Claudine née en 1933, à Marseille, zone libre jusqu’en novembre 1942. Fin novembre 1942, ils obéissent à l’obligation de faire tamponner leurs cartes avec le mot « Juif ». Les rafles ont lieu dans le Vieux Port de Marseille les 22, 23 et 24 janvier 1943. En février 1943, le beau-frère des Seunanèche, Albert Hababou est arrêté et déporté le 23 mars 1943 par le convoi N° 52 pour Sobibor où il est assassiné. Miraculeusement, sa femme et ses trois jeunes enfants sont épargnés. Un frère aîné de Madame Hababou leur trouve un abri à Beaumont de Pertuis dans le Vaucluse.

Maurice Seunanèche part pour Flassan, petit village du Vaucluse, où vit la sœur de sa voisine. La route est longue. Il faut passer par Avignon, Carpentras. Dans le car qui le mène à Villes sur Auzon, il fait connaissance d’un habitant de Flassan. Ce dernier propose un arrêt chez des amis, René et Andréa Bezer. Les trois hommes ont fait la guerre de 14 et cela crée des liens. Maurice Seunanèche raconte la détresse dans laquelle se trouve sa famille. Les Bezer sont atterrés. Ils lui conseillent de ne pas se fixer à Flassan, mais à Villes sur Auzon, petit village de 600 habitants, essentiellement gaulliste, qui est plus sûr. Maurice Seunanèche part chercher sa famille. René et Andréa gardent les deux enfants, le temps de trouver un logement pour la famille Seunanèche. En attendant, un ami hôtelier héberge le couple.

Après une quinzaine de jours, leurs protégés peuvent s’installer dans une habitation séparée de celle des Bezer par une route. Pendant dix-huit mois, les Seunanèche sont aidés matériellement, cachés en cas de besoin, exfiltrés en cas d’urgence. Pour le village, ils passent pour de vieux amis ayant fui de Marseille. Les amis du couple Bezer leur portent également assistance, les Jouvaud, les Jamaïque, les Bénistan, les Jullien et d’autres. Claudine Seunanèche va en classe et passe son certificat d’étude. Armand ne peut aller au collège de Carpentras. Un soit d’août 1944, la famille Seunanèche doit se réfugier dans le cabanon appartenant aux Bezer. Les Allemands fouillent le village.

Le 16 octobre 2013, l’Institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné le titre de Justes parmi les Nations à Monsieur René Bezer et à son épouse Madame Andréa Bezer.

 

Cérémonie de remise de la médaille Andréa & René Bezer Famille Bezer René Bezer