Dreuilhe Pierre

Dreuilhe Suzanne

Année de nomination : 2014      Dossier n° 12784 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

M. Pierre Dreuilhe
Date de naissance : 07/11/1913
Date de décès : 27/04/1998
Profession : Marchand de charbon
Particularité : Information non disponible

Mme Suzanne Dreuilhe (née Vitasse)
Date de naissance : 15/06/1916
Date de décès : 24/03/2007
Profession : Femme au foyer
Particularité : Information non disponible

Localisation

Localite : Castel Sarrasin
Département : Tarn-et-Garonne
Région : Midi-Pyrénées
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Date : 22 octobre 2015
Lieu : Castelsarrasin (82100)

Lire le compte-rendu

Personnes sauvées

M. Raymond Jacob

Mme Renée Jacob

M. Pierre Jacob

M. Bernard Jacob

M. Robert Lion

Lieux de mémoire

Allée des Justes à Jérusalem
Allée des Justes à Paris

L'histoire

Pierre DREUILHE Suzette Dreuilhe

Raymond Jacob, né en 1902 à Morhange en Moselle exerçait la profession de marchand de bestiaux. Sa femme Renée Jacob, née en 1911 était mère au foyer. Tous les deux étaient originaires de Lorraine depuis la Révolution. Installés dans la bourgade de Morhange, de leur union sont nés deux garçons, Pierre en 1932 et Bernard en 1937.

Raymond Jacob, mobilisé en septembre 1939, se trouvait avec son unité dans le Sud-ouest de la France au moment de l’Armistice. Il a alors demandé à Renée de le rejoindre pour mettre la famille à l’abri de l’occupant dans la région lorraine.

De mai 1940 à 1942, ils se sont réfugiés dans le Tarn-et-Garonne. A partir du 11 novembre 1942, les Jacob ont eu connaissance de plusieurs rafles dans la région. Il leur était devenu évident qu’il convenait d’être vigilants pour échapper aux persécutions. Ils se sont alors installés à Castelsarrasin, rue du Soleil où ils demeuraient pendant la journée.

Monsieur Pierre Dreuilhe était marchand de charbon et gérant d’une scierie, et avec sa femme Suzette ils ont accueilli la famille Jacob.  Madame Dreuilhe, croyante catholique a été influencée par les sermons de Monseigneur Théas et ceux du Cardinal Saliège, Archevêque de Toulouse, qui ont ordonné le 23 août 1942 la lecture d’une lettre pastorale « sur la personne humaine » dans toutes les paroisses de leur diocèse, contribuant ainsi au sauvetage de nombreux Juifs.

La famille Dreuilhe et leurs deux enfants, Alain né en 1942 et Michel né en 1941, ont été hébergés toutes les nuits dans une chambre qu’ils rejoignaient par un escalier en bois extérieur à leur maison, rue de l’Egalité. Les deux enfants se rendaient dans cette cachette à la nuit tombée et les parents les rejoignaient une demi-heure après, et ce jusqu’à la Libération.

Grâce à des informations recueillies préalablement sur les rafles par un réseau de la Résistance, ils ont pu y échapper, en étant en lieu sûr. La sœur de Raymond Jacob, Madame Lion et son époux ainsi que leur fils Robert ont également bénéficié de la protection de la famille Dreuilhe pendant cette période.

Monsieur Dreuilhe avait également à plusieurs reprises permis à des familles juives de passer la frontière espagnole. La motivation des Dreuilhe était purement éthique, morale et philosophique.

La famille Jacob, appauvrie par la guerre, a dû s’expatrier en 1950 dans une exploitation forestière en Afrique et a entretenu une relation épistolaire avec la famille Dreuilhe jusqu’à son départ en Afrique.

Le 25 février 2014, l’Institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné le titre de Juste parmi les Nations à Monsieur Pierre Dreuilhe et à son épouse Madame Suzanne Dreuilhe.

 

Pierre DREUILHE  & sa femme Suzette Pierre DREUILHE  & son fils MIchel Bernard Jacob en 1942-1943 Pierre Jacob en 1944 1940-ESCATALENS-Photo scolaire avec Pierre Jacob en 1-3 1942, Bernard et Pierre avec leurs cousines 1943, Malpeyre, famille Jaob et Lion 1943-MALPEYRE,Oncle et tante Lehmann et Bernard Jacob Les réfugiés de Castel Sarrazin Mr et Mme Jacob en 1960