Jousse Pierre

Jousse Denise

Année de nomination : 2014      Dossier n° 12785 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

M. Pierre Jousse
Date de naissance : 30/12/1899
Date de décès : 26/06/1965
Profession : Sous-directeur à la MGF Accidents au Mans
Particularité : Catholique pratiquant

Mme Denise Jousse (née Mortagne)
Date de naissance : 26/01/1902
Date de décès : 23/02/1991
Profession : Femme au foyer, Mère de 8 enfants
Particularité : Catholique pratiquante

Localisation

Localite : Le Mans
Département : Sarthe
Région : Pays-de-La-Loire
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Date : 20 mars 2016
Lieu : Le Mans (72000)

Personnes sauvées

M. Maurice Sajet (né Szajewicz)

Mme Fradel Szajewicz (née Singer)

Lieux de mémoire

Allée des Justes à Jérusalem
Allée des Justes à Paris

L'histoire

Pierre et Denise Jousse le 28/04/1951 Immigrés de Pologne, Juda et Fradel  Szajewics se marient à Paris le 2 mai 1935. Ils exercent leurs métiers respectifs de tailleur pour hommes et de couturière dans leur logement Boulevard de Sébastopol à Paris. Au début de l’Occupation, ils se déclarent Juifs et portent l’étoile jaune en juin 1942. Leur fils Félix né en 1936 va à l’école communale de la rue Dussoubs dans le 2ème arrondissement. Son frère Maurice naît en 1942.

Au début de 1943, suite à une dénonciation de la concierge, la police française se présente au domicile des Szajewics et découvre le père caché dans une armoire. Les policiers l’emmènent mais conseillent à la mère d’aller se cacher avec ses deux enfants. Grâce à l’infirmière scolaire de Félix, Fradel est mise en contact avec les Petites Sœurs de Notre Dame de Sion, qui fournissent de nouveaux papiers d’identité et les évacuent en deux temps. Les deux garçons sont placés chez les Landeau, agriculteurs à Saint-Ouen-en-Belin dans la Sarthe. Fradel est envoyée chez Pierre et Denise Jousse au Mans dans la Sarthe et s’appelle dès lors Fernande.

La maison des Jousse est située juste en face de la Kommandantur. Ils ont cinq filles et trois fils et gardent en plus un neveu, Joseph Spick. Pierre Jousse occupe un poste important dans une Société d’Assurances (devenue plus tard les Mutuelles du Mans) et travaille sous les ordres de Jean-Marie Lelièvre. C’est un Officier de l’Etat-Major qui s’engage dès la défaite dans la Résistance et anime un réseau de renseignements. Pierre Jousse le seconde activement, un peu grâce à la situation qu’occupe sa maison. Il parvient particulièrement à fournir des renseignements stratégiques, qui s’avèreront très utiles lors de la Campagne de Normandie et la Libération de la ville du Mans.

En dépit des risques encourus, le couple Jousse n’hésite pas à cacher Fernande, en dépit des risques supplémentaires entraînés par son fort accent yiddish lorsqu’elle va en ville chez les commerçants.

Denise Jousse emmène Fernande voir ses fils à Saint-Ouen-en-Belin. Constatant les mauvais traitements dont ses enfants sont victimes, Denise n’hésite pas à ramener au Mans le bébé Maurice qui va rester caché, choyé et traité comme ses propres enfants, jusqu’à la Libération. Félix rejoindra son petit frère avant le retour à Paris des Szajewics.

Arrêté suite à la dénonciation de la concierge, le père Juda est envoyé à Drancy et déporté le 2 mars 1943 par le convoi N° 49 vers Auschwitz où il est assassiné.

Le 22 juillet 2014, l’Institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné le titre de Juste parmi les Nations à Monsieur Pierre Jousse et à son épouse Madame Denise Jousse.


Fernande Szajewicz et Denise Jousse le22/08/1988