Tena Antonine

Tena François

Ricou Georgette

Tena Pierre

Tena Georges

Année de nomination : 2014      Dossier n° 12816 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Mme Antonine Tena (née Tête)
Date de naissance : 23/04/1894
Date de décès : 25/08/1945
Profession : Mère au foyer, 3 enfants
Particularité : Information non disponible

M. François Tena
Date de naissance : 28/04/1884
Date de décès : 11/01/1968
Profession : Directeur d'usine de ressorts de montres
Particularité : Information non disponible

Mme Georgette Ricou (née Tena)
Date de naissance : 20/11/1920
Date de décès : 18/08/2012
Profession : Information non disponible
Particularité : Information non disponible

M. Pierre Tena
Date de naissance : 01/06/1922
Date de décès : 03/04/2008
Profession : Information non disponible
Particularité : Était au maquis

M. Georges Tena
Date de naissance : 14/06/1925
Date de décès : 15/10/1991
Profession : Information non disponible
Particularité : Était au maquis

Localisation

Localite : Montségur-sur-Lauzon
Département : Drôme
Région : Rhône-Alpes
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Date : 28 août 2016
Lieu : Montségur-sur-Lauzon (26130)

Personnes sauvées

M. Benjamin Cymerman

Mme Georgette Cymerman (née Szerer)

Lieux de mémoire

Allée des Justes à Jérusalem
Allée des Justes à Paris

L'histoire

Abraham et Chaja Szerer, originaires de Pologne, habitaient à Paris avec leurs deux filles, Georgette née en 1930 et Thérèse née en 1936. A la déclaration de la guerre, Abraham fut enrôlé dans l’armée et fut plus tard prisonnier de guerre en Allemagne. Chaja resta à Paris, où elle travaillait et était en contact avec Esther Szerer qui était mariée avec David, le frère d’Abraham et avec son fils Paul.

En 1942, Chaja envoya ses deux filles dans un pensionnat à Montlhéry, où elles restèrent pendant un an. Malheureusement quand il devint trop dangereux pour les filles de rester là, l’OSE (Oeuvre de Secours aux Enfants) transféra par ses réseaux de sauvetage les enfants à la campagne, où elles seraient cachées et en sécurité.

Georgette fut envoyée chez François et Antonine Tena, un couple de Protestants qui vivait à Montségur-sur-Lauzon dans le département de la Drôme avec leurs trois enfants : Georgette-Janine, Pierre et Georges. François était un vétéran de la Première Guerre mondiale et Antonine possédait une usine de réparation de montres. Les deux acceptèrent immédiatement d’héberger Georgette et ils la traitèrent comme si elle était leur fille. Georgette fut choyée par les enfants Tena, qui se sentaient responsables d’elle.

Malgré le grand danger qu’ils couraient pour leur propre famille, les Tena n’hésitèrent jamais à cacher Georgette. Pour eux il était naturel d’agir ainsi. Pierre et Georges étaient membres de la Résistance, ce qui augmentait les risques encourus.

 
Georgette resta chez les Tena jusqu’à la Libération. Elle raconta plus tard que les Tena étaient une vraie famille pour elle. Ils mangeaient tous ensemble. Elle avait son vélo et pouvait sortir librement. Elle allait à l’école et pouvait même parfois manger du chocolat. Grâce à Georgette-Janine, elle put poursuivre ses éudes.

Thérèse, la soeur de Georgette fut placée chez Denise Serret, qui la traita également comme sa propre fille. Les deux sœurs étaient cachées à Montségur et elles pouvaient se voir régulièrement.

Après la Libération, Chaja vint chercher Georgette et Thérèse pour les ramener à Paris. Le contact établi pendant la guerre entre Georgette et ses sauveurs perdura de nombreuses années après la guerre. Elle raconta que les Tena lui avaient sauvé la vie, l’avaient hébergée, et aimée comme leur propre fille. Grâce à eux, elle avait pu survivre.

 

Le 27 mai 2014, l’Institut Yad Vashem de Jérusalem décerna le titre de Juste parmi les Nations à François et Antonine Tena ainsi qu’à leurs enfants Georgette-Janine, Pierre et Georges ainsi qu’à Denise Serret.