Babin Jeanine

Babin Léon

Année de nomination : 2014      Dossier n° 12855 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Mme Jeanine Babin (née Pierre)
Date de naissance : 01/11/1882
Date de décès : 20/12/1954
Profession : Sans profession
Particularité : Information non disponible

M. Léon Babin
Date de naissance : 22/09/1877
Date de décès : 18/06/1952
Profession : Maire
Particularité : Gendarme à la retraite

Localisation

Localite : Rainvillers
Département : Oise
Région : Picardie
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Date : 17 janvier 2016
Lieu : Rainvillers (60650)

Lire le compte-rendu

Personnes sauvées

Mme Solange Dreyfus

M. Jean-Louis Dreyfus

M. René Dreyfus

Mme Louise Dreyfus (née Romann)

Lieux de mémoire

Place des Justes parmi les Nations à Rainvillers
Allée des Justes à Jérusalem
Allée des Justes à Paris

L'histoire

René Dreyfus est né en 1897 en Alsace. Avec son épouse Louise ils habitent Saint-Cloud dans l’ouest parisien. Le couple a deux enfants, Solange née en 1936 et Jean-Louis né en 1938. René Dreyfus exploite la « scierie de Saint Paul » à Saint Paul dans l’Oise. En juin 1940, la famille part à Saint-Bonnet-en-Champsaur dans les Hautes-Alpes. Par la suite, la famille se regroupe dans l’Oise dans une maison située dans la scierie à la limite de Rainvillers.

Selon les anti-juives, René Dreyfus ne peut plus diriger son entreprise. Il se confie à Léon Babin, maire de Rainvillers et les deux hommes deviennent amis.  Léon Babin se propose comme « administrateur » de la scierie. La famille Dreyfus doit changer d’identité, s’appelle désormais Dremmond et doit se cacher. La famille Babin les héberge dans une dépendance de leur grande maison. Cette demeure est très isolée, située en bordure de forêt « le bois Belloy » sur le coteau du « Mont Rouge ». Les Dreyfus prennent souvent leurs repas chez Léon et Jeanine Babin. Ils passent des soirées ensemble.

Léon Babin lui servant de prête-nom, René Dreyfus fait l’acquisition d’une maison voisine. Des travaux permettent aux Dreyfus, en cas de danger, de se rendre, par une trappe aménagée dans le grenier, chez les Babin. Au début de l’été 1943, la famille Dreyfus s’installe dans cette petite maison. Les Dreyfus (Dremmond) sont considérés comme des réfugiés, même si les habitants de Rainvillers se doutent de la vérité, ils ne les dénoncent pas. Solange ne va pas en classe. Madame Somemont, institutrice, lui donne des cours et à Jean-Louis, le soir dans le bureau du Maire.

Le 4 janvier 1944, les Allemands cernent les maisons. René Dreyfus a tout juste le temps de s’enfuir dans la basse-cour des Babin, puis s’élance vers la forêt. Un travailleur de la scierie, Edouard Touquet l’aide à se cacher, puis des réseaux de résistance le prennent en charge.

Une voisine a eu le temps de mettre les enfants en sûreté. Louis Mace et son épouse Simone, (la fille de Monsieur Babin), prennent les enfants dans leur appartement de Paris. Les enfants sont ensuite conduits par André Thiriez à Monts, en Indre et Loire dans la ferme « la Gagneraie » appartenant à la famille Dreyfus et tenue par Auguste et Hortense Marchand. Ils y sont entourés d’affection et y séjournent de février à septembre 1944. Louise Dreyfus les rejoint un peu plus tard.

A la fin des hostilités, Monsieur « Dremmond » vient chercher sa famille et tous retournent à Rainvillers où René Dreyfus peut diriger à nouveau sa scierie.

Le 7 Octobre 2014 ,l’Institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné le titre de Juste parmi les Nations à Monsieur Léon Babin et à son épouse Madame Jeanine Babin.

 

Décembre 1942, Jean-Louis Dreyfus  devant la forêt Le village Le Montrouge, Jean-Louis Dreyfus Solange Dreyfus Solange et Jean-Louis Dreyfus assis  derrière avec un bérét Monsieur Dreyfus et des amis Solange et Jean-Louis Dreyfus