Rigazio Jean-Charles

Rigazio Marie-Thérèse

Année de nomination : 2015      Dossier n° 13050 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

M. Jean-Charles Rigazio
Date de naissance : 26/06/1886
Date de décès : 28/06/1959
Profession : Agriculteur
Particularité : Information non disponible

Mme Marie-Thérèse Rigazio (née Billotte)
Date de naissance : 08/04/1889
Date de décès : 24/11/1979
Profession : Agricultrice
Particularité : Information non disponible

Localisation

Localite : Stigny
Département : Yonne
Région : Bourgogne
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Date : 22 mai 2016
Lieu : Stigny (89160)

Personnes sauvées

Mme Laja Fajerman

Mme Evelyne Krawczik (née Fajerman)

Mme Suzanne Marcos (née Fajerman)

Mme Fernande Rozencwajg (née Fajerman)

Lieux de mémoire

Place Marie-Thérèse et Jean-Charles Rigazio
Allée des Justes à Jérusalem
Allée des Justes à Paris

L'histoire

Jean-Charles Rigazio Kuszel Hersh Fajerman est né en août 1901 en Pologne et Laja Rozenbaum est née en mai 1906 à Rudienko également en Pologne. Ils s’installent en France en 1926. Ils habitent rue d’Avron à Paris dans le 20ème arrondissement. Trois filles naissent : Fernande en 1933, Suzanne en 1939 et Evelyne en 1940. Le couple travaille dans la confection, le père est presseur, la mère finisseuse. Engagé volontaire en 1939, le père est fait prisonnier de guerre. Apprenant que son épouse doit accoucher, il parvient à s’évader et rejoint Paris.

Le 16 juillet 1942, tôt le matin, la police française vient arrêter la famille. Sans doute émus par cette mère et ses trois jeunes enfants de 2 ans, 3 ans et 6 ans, les policiers n’arrêtent que Monsieur Fajerman. Il est déporté de Drancy à Auschwitz le 24 juillet 1942 par le convoi N° 10. Il ne reviendra pas.

Une voisine de Laja Fajerman lui conseille de confier ses enfants à une nourrice habitant Stigny dans l’Yonne qui garde des enfants moyennant finance. Madame Fajerman accompagne ses trois filles à Stigny. Au bout de quelques semaines, elle vient voir ses enfants. Elle les trouve dans un état déplorable, sales, ayant des poux et la gale. Elle les reprend et décide de rester avec eux à Stigny. Fernande se souvient des désagréments du traitement soufré contre la gale. Afin de subsister, Laja Fajerman fait des travaux dans les fermes de ce petit hameau. C’est peut-être ainsi qu’elle fait connaissance de Jean Charles Rigazio.

Les Rigazio ont trois enfants. Ému par la détresse de cette famille, le couple met à la disposition de Laja Fajerman et des fillettes le grenier situé dans le bâtiment réservé aux animaux de la ferme. Jean Charles et Marie Thérèse Rigazio leur apportent réconfort et emploient Laja Fajerman à des travaux agricoles, lui donnant une petite rémunération, ce qui permet à la famille de subsister. Fernande va à l’école en gardant son nom (qui peut passer pour un nom alsacien). Afin de donner le change, la famille va à l’église. Le maire, l’instituteur et le curé savent que la famille est juive.

Quand la guerre est terminée, Laja Fajerman rentre à Paris avec ses filles et récupère son logement vidé de ses meubles. Les familles Rigazio et Fajerman restent en contact après la guerre.

Le 23 juin 2015, l’Institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné le titre de Justes parmi les Nations à Monsieur Jean Charles Rigazio et à son épouse Madame Marie Thérèse Rigazio.

En 1937, Jean-Charles Rigazio son épouse et leur fille Rolande