Plaindoux Emile

Plaindoux Gabrielle

Année de nomination : 2016      Dossier n° 13353A -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

M. Emile Plaindoux
Date de naissance : 15/07/1893
Date de décès : 19/09/1972
Profession : Cultivateur
Particularité : Information non disponible

Mme Gabrielle Plaindoux (née Gleize)
Date de naissance : 12/11/1892
Date de décès : 07/06/1979
Profession : Cultivatrice
Particularité : Information non disponible

Localisation

Localite : Roaix
Département : Vaucluse
Région : Provence-Alpes-Côte-D'Azur
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Date : 18 mai 2018
Lieu : Mairie de Roaix (84110)

Personnes sauvées

M. Lucien Sokolowski

Lieux de mémoire

Allée des Justes à Jérusalem
Allée des Justes à Paris

L'histoire

Emile et Gabrielle PLAINDOUX

Icko Sokolowski est né à Sarny en Pologne où il est marchand forain. Il arrive en France en 1933. Il s’installe dans la région de Nîmes où il exerce d’abord la profession de saisonnier, puis de colporteur de fruits secs. Il réunit les fonds nécessaires pour faire venir en France son épouse Sonia restée en Pologne avec ses trois enfants (son fils Salomon et ses deux filles Claire et Rachel). Lucien naît à la maternité d’Avignon le 5 février 1937. Annie naît en juillet 1943.

Après le débarquement des Alliés en Algérie, devant la menace de plus en plus présente d’arrestation des Juifs, la famille se sépare. La mère reste avec la jeune Annie. Le père et ses deux aînés, Rachel et Salomon fuient en Espagne pour rejoindre le Maroc. Une autre sœur, Claire, engagée dans la Résistance se refugie dans la région de Nice.

Le jeune Lucien est confié à la famille Plaindoux, qui habite dans le petit village de Roaix, près de Vaison-la-Romaine, très certainement des connaissances rencontrées sur le marché de Vaison. Madame Rose Plaindoux a une cinquantaine d’années. Son époux, Amédée Plaindoux est un homme rude, toujours au travail. Les Plaindoux disent tout de suite à Lucien qu’il faut qu’il se comporte comme leur enfant, qu’il porte leur nom et qu’il oublie le sien. Les Plaindoux ont un garçon qui se prénomme lui aussi Lucien et qui a seize ans à l’époque des faits. Il y a aussi un autre enfant Henri, né d’un premier mariage de Gabrielle Plaindoux.

Episodiquement, Lucien reçoit la visite de sa sœur Claire et aussi de sa mère avec le tout jeune bébé Annie. Mais elles ne restent pas longtemps chez les Plaindoux pour des raisons de sécurité. Lucien vit la vie d’un petit garçon de la campagne et apprend l’univers de la ferme. Il va à l’école et apprend à lire en huit jours.

Au moment de la retraite allemande, la ferme des Plaindoux est réquisitionnée par un officier. Puis c’est la Libération avec la venue d’un char américain. Le maire de Roaix n’a pas signalé à l’administration la présence de cet enfant « étranger ». Le père Icko Sokolowski avait été dénoncé et arrêté, mais il a été libéré grâce à l’action de sa fille Claire.

A la Libération, la famille Sokolowski se retrouve en Avignon : retrouvailles de la mère et la petite Annie et avec son fils Lucien, puis avec Claire. Plus tard, le père est de retour du Maroc.

Dans les années 1980, Lucien est retourné à Roaix. Il y a revu son instituteur René Jouvent qui savait que Lucien était un enfant caché juif pendant la période de la guerre. René Jouvent était devenu maire du village. Pierre Gaudibert, arrière petit-fils des Plaindoux est entré en contact avec Lucien Sokolowski.

 

En 2017, l’Institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné le titre de Juste parmi les Nations à Monsieur Amédée Plaindoux et à son épouse Madame Rose Plaindoux.

de g à d G. et E. Plaindoux, Salomon S., sa soeur  Claire  et leur maman Sonia et le petit Lucien Sonia SOKOLOWSKI et Gabrielle PLAINDOUX