Sovieri Giovanni

Sovieri Giuseppina

Année de nomination : 2017      Dossier n° 13366A -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

M. Giovanni Sovieri
Date de naissance : 11/06/1890
Date de décès : 1968
Profession : Information non disponible
Particularité : Information non disponible

Mme Giuseppina Sovieri (née Bavosi)
Date de naissance : 21/11/1898
Date de décès : 1974
Profession : Information non disponible
Particularité : Information non disponible

Localisation

Localite : Antibes
Département : Alpes-Maritimes
Région : Provence-Alpes-Côte-D'Azur
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Information non disponible

Personnes sauvées

M. Henryk Nussenblatt

M. Fédérico Léopoldo Nussenblatt

Mme Anna Nussenblatt (née Rospshutz)

Lieux de mémoire

Allée des Justes à Jérusalem
Allée des Justes à Paris

L'histoire

Federico Leopoldo Nussenblatt est né à Lwow en Pologne en 1904. En 1932, il épouse Anna née également en Pologne. Pour échapper aux lois raciales frappant la Pologne, le couple se réfugie en Italie où Federico avait fait des études de médecine à l’université de Padoue. Leur fils Henryk naît là en 1935.

En 1939, la famille réside à La Spezia, dans l’espoir de pouvoir émigrer aux USA, mais devant le refus manifesté par les Autorités, un ami les aide à s’échapper en camion vers la France. Après leur arrivée illégale à Nice, Federico parvient à obtenir le droit d’asile.

En novembre 1939, Federico est incorporé sur sa demande dans un bataillon sanitaire de l’armée polonaise qui combat aux côtés de la France. Il est fait prisonnier dans les Vosges le 22 janvier 1940. Il parvient cependant à s’enfuir et à retrouver les siens.

Jusqu’en juin 1943, la vie à Nice est très difficile mais la famille Nussenblatt trouve refuge d’abord au sein de la famille Sovieri, puis dans la famille Fantino.

Les Nussenblatt restent chez les Sovieri à Antibes dans des conditions difficiles. Comme il n’y a pas assez de place pour trois personnes chez les Fantino, Henryk reste chez les Sovieri à Antibes jusqu’à fin août 1943 et revient chez ses parents à Juan-Les-Pins dans un appartement où dans l’intervalle, ses parents ont trouvé refuge.   

Les Nussenblatt finissent par être arrêtés par la Gestapo et conduits à la Caserne Ouvar à Nice. Henryk parvient à s’échapper et à retourner auprès des Sovieri. Ses parents ayant réussi à faire de même, la famille finit par se retrouver réunie fin 1943 à Champier en Isère.

Une famille d’agriculteurs, Jean-Pierre et Joséphine Boullu se portent alors à leur secours. Ils vont cacher et sauver la famille Nussenblatt jusqu’à la Libération de la commune en août 1944 par les troupes américaines. Ce sauvetage a été mené à bien dans des conditions particulièrement dangereuses puisque le Docteur Nussenblatt était activement recherché par la Gestapo.

 

Le 26 juillet 2017, l’Institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné le titre de Juste parmi les Nations à Monsieur Giovanni Sovieri et à son épouse Madame Giuseppina Sovieri.