Dubec Guillaume

Dubec Violette

Année de nomination : 2017      Dossier n° 13493A -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

M. Guillaume Dubec
Date de naissance : 03/08/1906
Date de décès : 16/04/1977
Profession : Plombier
Particularité : Information non disponible

Mme Violette Dubec (née Calvignac)
Date de naissance : 28/03/1907
Date de décès : 02/01/1993
Profession : Sans profession
Particularité : Information non disponible

Localisation

Localite : Arthès
Département : Tarn
Région : Midi-Pyrénées
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Date : 26 juillet 2018
Lieu : Mairie d'Arthès (81160)

Lire le compte-rendu

Personnes sauvées

M. Joseph Lieb Aschkenas

Mme Nicole Aschkenas

Mme Hildegarde Aschkenas (née Bergmann)

M. Michel Ashe (né Aschkenas)

Lieux de mémoire

Place des Justes parmi les Nations à Arthès
Allée des Justes à Jérusalem
Allée des Justes à Paris

L'histoire

Violette Dubec Guillaume Dubec Michel Ashe (né Aschkenas) est né en décembre 1939 à Paris dans le 15ème arrondissement. Son père Joseph, né à Mulhausen en Alsace-Lorraine et sa mère Hilda, née à Mannheim en Allemagne se sont mariés en décembre 1938. Au déclenchement de la guerre, son père s’est engagé dans l’armée française. A un moment, son unité a été capturée et il a été fait prisonnier de guerre. Quelque temps après l’armistice en juin 1940, lui et les autres prisonniers de guerre français ont été libérés sous caution. C’est alors qu’il a rejoint la Résistance.

En novembre ou décembre 1940, Hilda fut dénoncée par un voisin. Elle était en train d’entrer dans l’immeuble après avoir acheté du lait chez l’épicier. Deux soldats allemands de la Wehrmacht s’approchèrent d’elle. « Madame Aschkenas, nous avons un mandat d’arrêt. » « Et mon bébé ? » leur demanda-t-elle ? Les soldats regardèrent le mandat d’arrêt et l’un dit à l’autre qu’il n’y avait pas la mention d’un enfant (ils ne savaient pas qu’Hilda parlait Allemand). Ils dirent d’une voix légèrement embarrassée « Alors bonne journée Madame » et ils partirent précipitamment. Hilda raconta plus tard qu’elle grimpa jusqu’à son appartement au 5ème étage où une voisine gardait Michel. Elle prit son enfant, sortit par la porte de derrière et s’enfuit. Elle prit quelques petites choses qu’elle pouvait emporter jusqu’à une gare dans Paris. Ce dont elle se souvint plus tard, c’est qu’elle se retrouva à Arthès dans le Tarn. Joseph la rejoignit près d’une année plus tard.

Arthès était une ville où des gens ordinaires faisaient une chose extraordinaire. Ces citoyens, les voisins, les amis, face à l’arrestation, la honte ou même la mort, décidèrent que ce qu’on les obligeait à faire – dénoncer les Juifs qui se cachaient et les remettre à Vichy – n’était pas juste. Conscients des conséquences, ils refusèrent et au lieu de cela, ils prévenaient les familles juives, les cachaient et les protégeaient.

Michel se souvient de la Place Jaurès à Arthès. Au centre, il y avait un grand crucifix. Sur un des côtés de la place, habitaient Louis et Marie Rose Lagrèze qui louèrent un appartement au premier étage à la famille Aschkenas. Ils ne déclarèrent jamais à Vichy qu’ils étaient juifs et les hébergèrent.

De l’autre côté de la place, il y avait la maison de la famille Dubec où Joseph avait un atelier de tailleur au premier étage, avec une fenêtre qui donnait sur la place, lui permettant  de voir ce qui se passait. Il y avait un petit espace derrière un faux mur sous l’escalier où les Aschkenas ont souvent été cachés par les Dubec quand ils entendaient que la milice de Vichy ou des Allemands patrouillaient et menaient des rafles de gens qu’ils soupçonnaient être juifs. Michel Dubec avait cinq ans de plus que Michel Aschkenas et participait en toute connaissance à sauver et à protéger la famille juive.

De l’autre côté de la place, il y avait la forge. C’est là aussi que les Aschkenas ont été cachés. On a raconté à Michel qu’un jour le père de Michel Dubec traversa la place en courant jusqu’à leur appartement pour dire à Joseph que la police de Vichy était sur le point de les arrêter. Il n’y avait pas de temps à perdre pour les installer dans la cachette sous l’escalier de sa maison. Joseph, Hilda et Michel ont couru jusqu’à la forge, où Camille Igalens, le forgeron, les cacha chez lui. Michel se souvient avoir vu la police de Vichy saccager leur appartement et entendre la police punir l’informateur car elle n’avait pas réussi à les trouver. Michel se souvient quand il jouait avec son ami Henri (Riri) Lafon qui avait son âge, pêcher dans le Tarn, jouer aux billes sur la place de la ville. La famille Lafon savait qu’ils étaient juifs, mais les accueillit et ne les dénonça jamais.

Début 1944, on envoya Michel dans un orphelinat catholique à Arcachon sur la côte Atlantique où il resta sous la protection de bons Catholiques jusqu’après la Libération et son retour chez ses parents à Arthès en toute sécurité.

Comme de nombreux survivants, les parents de Michel n’avaient pas envie de parler de ce qu’ils avaient vécu pendant la guerre et parlaient très peu. Pourtant avec l’aide de membres d’autres familles et ses propres souvenirs, son passé est devenu beaucoup plus clair. En août 2015, soixante cinq ans après avoir quitté la France, accompagné de sa femme Marylin, de leur fille et de trois petites-filles, Michel a fait le voyage extraordinaire de retourner à Arthès rencontrer les familles et les autres habitants d’Arthès.

Michel pense vraiment que sans le courage et la compassion de ces braves gens, ses parents et lui auraient été envoyés dans un camp de concentration. Au contraire, grâce à leur bravoure, ses parents, sa jeune soeur Nicole et lui ont pu survivre. Et après avoir émigré aux Etats-Unis, ses parents ont eu deux autres enfants, sa soeur Jacqueline et son frère Steve. Tous ont des enfants et des petits-enfants.

Le 24 octobre 2017, l’Institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné le titre de Juste parmi les Nations à Monsieur Guillaume Dubec et à son épouse Madame Violette Dubec et à Monsieur Camille Igalens.

 



Violette et Guy Dubec