Marchoix André

Marchoix Jeanne

Marchoix Roland

Année de nomination : 2017      Dossier n° 13588 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

M. André Marchoix
Date de naissance : 08/08/1888
Date de décès : 22/02/1957
Profession : Chef d'Orchestre
Particularité : Information non disponible

Mme Jeanne Marchoix (née Geaycouvalette)
Date de naissance : 20/08/1893
Date de décès : 27/02/1986
Profession : Sans profession
Particularité : Information non disponible

M. Roland Marchoix
Date de naissance : 02/07/1924
Date de décès : 19/10/2013
Profession : Instituteur
Particularité : Information non disponible

Localisation

Localite : Villeneuve-Saint-Georges
Département : Val-de-Marne
Région : Ile-de-France
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Information non disponible

Personnes sauvées

M. Jean-Jacques Clair

Lieux de mémoire

Allée des Justes à Jérusalem
Allée des Justes à Paris

L'histoire

André et Jeanne Marchoix Fuyant les pogroms qui sévissaient dans l’Est de l’Europe, la famille Tsaposnik arrive en France en 1905. Henri Tsaposnik nait à Paris en 1907. Il est journaliste dans la presse de gauche et syndicaliste. Il se marie avec Thérèse et le couple vit rue Gustave Rouanet à Paris dans le 18ème arrondissement. Deux garçons naissent : Pierre en 1936 et Jean-Jacques en mars 1942.

Mobilisé en 1939, Henri est fait prisonnier mais il parvient à retrouver sa famille. Sa famille et lui sont très rapidement recherchés par la police, du fait de son judaïsme, de sa profession et de ses opinions politiques.

Avant la guerre,  les Tsaposnik ont pris l’habitude d’envoyer en vacances leur petit Pierre auprès de la famille Marchoix habitant à Villeneuve-Saint-Georges en banlieue parisienne. Jeanne et André Marchoix ont un fils Roland âgé de dix-huit ans Dès le début des hostilités, Les Tsaposnik décident de laisser Pierre en permanence chez les Marchoix.

Pour protéger et sauver le petit Jean-Jacques, Roland Marchoix traverse tout Paris pour aller chercher Jean-Jacques alors âgé de six mois et le conduire chez ses parents. Pour le protéger, les Marchoix font baptiser Jean-Jacques en janvier 1943. Jeanne Marchoix devient sa marraine et Roland son parrain. Madame Marchoix étant déjà avant la guerre « nourrice », la présence le Jean-Jacques n’a pas posé de problème pour le voisinage immédiat. Les Marchoix élèvent Jean-Jacques comme leur propre fils.

Le couple Tsaposnik va rester dans le sud de la France, occupé essentiellement à des actions de Résistance, jusqu’à la fin de la guerre. Leurs deux enfants sont restés cachés en sécurité et sauvés grâce à la famille Marchoix.

Après la guerre, les Tsaposnik avaient tout perdu et ils ont été logés dans un très petit appartement. Jean-Jacques est resté jusqu’en 1947 à Villeneuve-Saint-Georges où il a suivi sa scolarité primaire. Il réintègre alors le foyer familial.

En 2013, Jean-Jacques retrouve son parrain Roland Marchoix grâce à une amie généalogiste. La rencontre a été plus qu’émouvante.

 

Le 4 décembre 2018, l’Institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné le titre de Juste parmi les Nations à Monsieur André Marchoix, son épouse Madame Jeanne Marchoix et leur fils Roland.