Maloberti Marcel

Maloberti Suzanne

Année de nomination : 2019      Dossier n° 13890 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

M. Marcel Maloberti
Date de naissance :
Profession : Information non disponible
Particularité : Information non disponible

Mme Suzanne Maloberti
Date de naissance :
Profession : Information non disponible
Particularité : Information non disponible

Localisation

Localite : La Varenne Saint Hilaire
Département : Val-de-Marne
Région : Île-de-France
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Information non disponible

Personnes sauvées

Mme Monique Erlichman (née Spiegel)

Mme Micheline Levowitz (née Spiegel)

M. André Spiegel

Mme Frida Spiegel

Lieux de mémoire

Allée des Justes à Jérusalem
Allée des Justes à Paris

L'histoire

André et Frida Spiegel vivent à Paris avant la guerre. Le père est d’origine hongroise et la mère autrichienne. Ils se rencontrent à Vienne en 1923. Puis ils émigrent en France et s’installent à Paris. Ils se marient en 1929 et ont deux filles Monique et Micheline. Le couple habite rue du Pré Saint Gervais dans le 19ème arrondissement. André Spiegel travaille dans une fabrique de sacs à main pour des magasins de luxe Lederer. Dans la fabrique travaille Suzanne Maloberti. Le couple et elle tissent des relations amicales.

Au début du mois de juillet 1942, les Spiegel envoient leurs deux filles chez un jeune couple que connaît Suzanne Maloberti. La voisine des Spiegel est une femme protestante originaire de Hongrie qui travaille au consulat hongrois. Dans le cadre de son travail, elle apprend que des listes de juifs originaires de Hongrie sont constituées pour qu’ils soient arrêtés et André Spiegel en fait partie. Elle demande au couple Boidin, les concierges de l’immeuble, de prévenir les Spiegel du danger qui les menace. Il s’agit de la rafle du Vel d’Hiv de juillet 1942. Les Spiegel quittent immédiatement leur appartement, récupèrent leurs filles et vont se cacher chez Suzanne et Marcel Maloberti qui habitent rue des Sorbiers à La Varenne Saint Hilaire en banlieue parisienne.

La famille Spiegel trouve refuge et s’installe chez les Maloberti. André coud des sacs avec Suzanne qui a aussi quitté l’atelier où elle travaillait. Le directeur du magasin Lederer, monsieur Wapner est conscient du danger encouru par les Spiegel et promet de continuer à leur donner du travail pour un bon salaire. Frida cuisine et s’occupe du logis. Suzanne Maloberti prend en charge les courses à l’extérieur et amène au domicile les fournitures et le matériel pour la fabrication des sacs et effectue les livraisons. Elle achète des provisions essentiellement au marché noir et les partage avec les Spiegel qui ne peuvent pas avoir de cartes d’alimentation. Les Spiegel vivent dans une pièce tandis que les Maloberti occupent l’autre chambre. Ne pouvant sortir, les filles passent leur temps à jouer dans la cour avec les chiens et les lapins.

Pendant cette période, Marcel Maloberti travaille comme ouvrier à Gisors en Normandie. Sur place il fait la connaissance d’une femme Jeanne Lamboux qui loue des chambres à Montjavoult dans l’Oise à 9 kilomètres de son travail.

Un matin les Maloberti se réveillent et découvrent sur leur porte d’entrée un graffiti : « Des juifs se cachent ici ». Marcel l’efface immédiatement. Cet événement les inquiète énormément et en avril 1943 les Spiegel cherchent un nouvel endroit plus sûr. Ils pensent alors à madame Lamboux et envoient Monique et Micheline dans un premier temps. C’est ainsi qu’accompagnée de leur mère qui a des faux papiers au nom de Chodorge, les deux petites filles arrivent à Montjavoult. Frida les laisse et revient à la Varenne.

A partir de ce moment et jusqu’à la fin de la guerre, Monique et Micheline restent chez madame Lamboux à Montjavoult. Elles l’appellent « tata » et ont des faux papiers au nom de Jarfale. Les papiers ont été établis par le secrétaire de mairie Marcel Dumont avec l’approbation du Maire Pierre Gillouard. Jeanne Lamboux habite seule. Ses deux fils combattent à l’étranger pour la France et l’un d’entre eux sera tué en 1944. Elle a un chien et un chat qui sont les meilleurs amis des fillettes. Micheline est scolarisée mais Monique âgée de 13 ans reste à la maison. Malgré l’inquiétude et la peur de ne pas revoir leurs parents, Monique et Micheline se sentent bien et sont bien accueillies. Les parents restent cachés à la Varenne jusqu’en juin 1944 et la situation devenant de plus en plus dangereuse, ils décident de partir. Ils sont cachés par un réseau de résistance à Sucy-en-Brie. André et Frida Spiegel viennent rechercher leurs filles à la Libération. Les Spiegel vont s’établir aux Etats Unis dans les années 1950 mais gardent de bonnes relations avec madame Jeanne Lamboux jusqu’à son décès en 1954.

 

Le 15 juillet 2019, Yad Vashem - Institut International pour la Mémoire de la Shoah a décerné le titre de Juste parmi les Nations à Monsieur Marcel Maloberti et à son épouse Madame Suzanne Maloberti.