Caillaud Jeanne

Année de nomination : 1978      Dossier n° 1484C -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Mme Jeanne Caillaud (née Fayolle)
Date de naissance : 02/04/1920
Date de décès : 28/09/1993
Profession : Employée à la Préfecture
Particularité : Résisitante

Localisation

Localite : Poitiers
Département : Vienne
Région : Poitou-Charente
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Information non disponible

Personnes sauvées

Information non disponible

Lieux de mémoire

Allée des Justes à Jérusalem
Allée des Justes à Paris

L'histoire

Jeanne Caillaud Jeanne Caillaud était une jeune employée qui travaillait à la préfecture de Poitiers, dans la Vienne, en zone occupée. Au début de la guerre, un grand nombre de personnes évacuées de Metz furent installées à Poitiers, dont environ 2 000 Juifs. Dès les premiers jours de l'occupation, un camp de concentration fut établi à l'entrée de la ville sur la route de Limoges, dont il porta le nom. Des Juifs ne possédant pas la nationalité française y furent internés. Le camp de la Route de Limoges était géré par la préfecture et les gendarmes y assuraient l'ordre, tandis que le quartier-général des forces d'occupation allemandes était responsable de la supervision. Le jeune rabbin de la communauté de Metz, Elie Bloch, ainsi qu'un prêtre catholique, Jean Fleury (q.v.) prirent l'initiative de créer ensemble, spontanément, un réseau de volontaires pour aider les détenus. Jeanne Caillaud faisait partie de ce réseau et elle consacrait ses efforts à l'obtention de permis pour faire remettre les jeunes détenus en liberté. En été 1943 les autorités commencèrent à transférer les jeunes du camp à Drancy, d'où ils étaient déportés à Auschwitz. La situation ne cessait d’empirer. Le mois de juillet 1942 fut celui des arrestations massives de Juifs en zone occupée. De par ses fonctions à la préfecture, Jeanne était informée des rafles prévues; elle en communiquait immédiatement les détails au père Fleury. Dans plusieurs cas elle contacta directement les familles juives concernées, leur permettant de prendre la fuite avant l'arrivée des gendarmes. Elle risquait ainsi non seulement son poste, mais encore sa vie.

Le 25 octobre 1978, l'institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné à Jeanne Caillaud le titre de Juste parmi les Nations.

Jeanne Caillaud Jeanne Caillaud