Casati Louise

Année de nomination : 1979      Dossier n° 1575 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Mme Louise Casati
Date de naissance :
Profession : Enseignante à l'école libre de garçons de l'Arbresle établissement qui appartenait au couvent dominicain
Particularité : Catholique

Localisation

Localite : Lyon
Département : Rhône
Région : Rhône-Alpes
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Information non disponible

Personnes sauvées

M. Wolf Lewin

Lieux de mémoire

Allée des Justes à Jérusalem
Allée des Justes à Paris

L'histoire

Wolf Lewin et sa femme, des Juifs de Pologne, vivaient en Belgique. Lorsque les Allemands envahirent le pays, ils prirent la fuite vers la France, s'installant avec leur fillette de neuf ans dans la ville de Luchon en Haute-Garonne. En septembre 1942, Wolf reçut l'ordre de se présenter à la police française. Craignant que ce ne soit le prélude à la déportation et à la mort, il décida de s'enfuir. Sa femme et sa fille, restèes à Luchon, furent plus tard arrêtées et déportées. Wolf Lewin arriva à Lyon, d'où il comptait passer en Suisse. Toutefois, n'ayant pas les moyens de payer le passeur, il resta à Lyon, solitaire et sans domicile. Il dormait dans les synagogues de la ville, et c'est là qu'il fut repéré par des membres du Comité juif de secours. Cette organisation, dépendant du Consistoire Central, aidait réfugiés et personnes en fuite à trouver asile dans des familles chrétiennes. Wolf Lewin fut orienté vers Louise Casati, qui enseignait à l'école libre de garçons de L'Arbresle, établissement qui appartenait au monastère voisin et accueillait des centaines d'enfants de la région. Louise cacha le fugitif chez elle pendant plusieurs jours, puis le transféra au monastère. Le directeur, Léon Perret (q.v.) reçut chaleureusement Wolf Lewin et lui assura une cachette paisible et sûre. Atteint d'une affection rénale, le réfugié dut être hospitalisé à Lyon. Le directeur lui fournit les faux papiers nécessaires et s'occupa de lui pendant son séjour à l'hôpital. Lorsqu'il fut rétabli, Wolf retourna chez Louise Casati qui prit soin de lui, comme s'il était un membre de sa famille, jusqu'à la Libération.

Le 18 juin 1979, Yad Vashem a décerné à Louise Casati le titre de Juste des Nations.