Jauquet Jeanne

Année de nomination : 1979      Dossier n° 1594A -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Mme Jeanne Jauquet
Date de naissance : 08/07/1905
Date de décès : 15/02/1966
Profession : Assistante sociale et infirmière
Particularité : Résistante

Localisation

Localite : Soissons
Département : Aisne
Région : Picardie
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Information non disponible

L'histoire

Jeanne Jauquet Jeanne Jauquet était assistante sociale à Soissons dans l'Aisne. Elle faisait aussi de la Résistance et, à ce titre, procura de faux papiers à de nombreux fugitifs qu'elle aidait également à trouver des cachettes. Le docteur Gabriel Fried, un Juif hongrois, travaillait à l'hôpital de Soissons, où il logeait avec sa femme et ses deux enfants. Jeanne Jauquet savait qu'il était en danger parce que juif. Elle lui fournit un faux certificat de baptême et une fausse carte d'identité. Le 9 octobre 1942, le médecin n'eut que le temps de s'enfuir, avant l’arrivée des gendarmes français qui, accompagnés d'Allemands, venaient l'arrêter. Jeanne l'envoya à Paris chez Henri et Marie Thérèse Sérennes (q.v.), où il trouva asile. Il demeura chez les Sérennes jusqu'en avril 1943. Le bruit courant alors que les Allemands s'apprêtaient à déclencher une de Juifs dans le quartier, Gabriel Fried décida de s'enfuir à nouveau, d'autant qu'Henri Sérennes, soupçonné de faire de la Résistance et d'en distribuer les tracts, était repéré. C'est encore Jeanne Jauquet qui lui vint en aide. Non contente de lui trouver un abri à Crugny dans la Marne, elle vint le chercher, l'accompagna pour le voyage en train, fit du stop avec lui sur les nationales et vérifia qu'aucune opération anti-juive n'était prévue sur leur itinéraire. Elle fournit au médecin des cartes d'alimentation et s'occupa de sa femme et de ses deux jeunes enfants pendant toute la période où ils durent se cacher. Elle savait fort bien qu’elle s’exposait à de terribles dangers, mais ne demanda jamais la moindre rétribution. Elle agissait uniquement pour des raisons humanitaires. Elle vint également en aide à des résistants ainsi qu'à des pilotes alliés dont les avions avaient été abattus au dessus du territoire français.

Le 25 mars 1979, l'instiut Yad Vashem de Jérusalem a décerné à Jeanne Jauquet le titre de Juste parmi les Nations.