Morin Lucie-Berthe

Année de nomination : 1982      Dossier n° 2337 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Mme Lucie-Berthe Morin
Date de naissance : 18/10/1904
Date de décès : 04/10/1996
Profession : Concierge d'un petit hôtel dans le XX Arrondissement, femme de ménage
Particularité : Information non disponible

Localisation

Localite : Paris
Département : Paris
Région : Île-de-France
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Information non disponible

Personnes sauvées

M. Zvi Kaminsky

Mme Rachel Kaminsky

Mme Hélène Kaminsky

Lieux de mémoire

Le parcours sonore des Justes de Paris
Allée des Justes à Jérusalem
Allée des Justes à Paris

L'histoire

Lorsque la guerre éclata, Lucie Morin était la concierge d'un petit hôtel meublé situé rue de Pali-Kao, dans le 20ème arrondissement de Paris. Elle surveillait de sa loge du rez-de-chaussée les entrées et les sorties, mais faisait aussi le ménage chez certains des locataires, notamment chez les Kaminsky. Cette famille de Juifs polonais s’était établie à Paris en 1936, et le Dr. Zvi Kaminsky, devenu aveugle, habitait donc cet hôtel avec sa femme et leur fillette de trois ans. Lucie Morin savait que plusieurs autres locataires étaient également juifs. En juillet 1942, peu avant la grande rafle de Paris, la concierge, qui avait entendu des rumeurs sur les mesures en préparation, rassembla tous les Juifs de l'hôtel, une quinzaine de personnes au total. Elle les cacha dans une petite pièce située derrière le salon de la loge et poussa une grande armoire devant. Deux à trois fois par jour, elle déplaçait ce meuble pesant pour nourrir les fugitifs avec des aliments achetés au marché noir et leur apporter de l'eau. Pendant les trois jours et les trois nuits qui suivirent la rafle, la concierge, soutenant avoir une attestation du commissariat selon laquelle il n'y avait aucun Juif dans l'hôtel, ne laissa pas les policiers le fouiller. Quelques jours plus tard, le danger momentanément écarté, Lucie Morin laissa ses protégés sortir de la petite pièce. Ils décidèrent tous de se réfugier en zone sud à l'exception des Kaminsky, car l'aveugle et sa famille avaient peur de se lancer à l'aventure. Comme rester à l'hôtel eut été trop dangereux, la concierge les recueillit dans son propre appartement, situé à proximité. Ils y vécurent six mois. Pendant toute cette période elle se chargea de les ravitailler sans leur demander le moindre paiement, même pour la nourriture. Cependant, avertis qu'ils avaient été dénoncés, les Kaminsky durent prendre la fuite. Ils se réfugièrent non loin de Paris, à Argenteuil, dans un logement que Lucie leur avait trouvé. Elle quitta son emploi de concierge pour venir vivre près d'eux. L'enfant avait été placée en nourrice à Paris et Lucie allait régulièrement d'Argenteuil à Paris pour donner des nouvelles aux parents. Après la Libération, les Kaminsky restèrent d'abord en relation presque quotidienne avec celle qui les avait sauvés. Puis, vers la fin des années cinquante, ils émigrèrent en Israël et Lucie Morin déménagea. Ce n'est qu'au début des années quatre-vingt que le contact fut renoué, la fille des Kaminsky étant venue en France rechercher la femme courageuse à qui elle devait la vie.

Le 26 juillet 1982, Yad Vashem a décerné à Lucie Berthe Morin le titre de Juste parmi les Nations.