Defarges Adèle

Année de nomination : 1982      Dossier n° 2378 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Mme Adèle Defarges
Date de naissance :
Profession : Mère au foyer
Particularité : Mère de 2 enfants

Localisation

Localite : Marseille
Département : Bouches-du-Rhône
Région : Provence-Alpes-Côte-D'Azur
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Information non disponible

Personnes sauvées

Mme Munda Golfinger

Lieux de mémoire

Allée des Justes à Jérusalem
Allée des Justes à Paris

L'histoire

Vers la fin de l'année 1940, Munda Goldfinger, jeune femme juive de vingt-sept ans qui avait fui la Belgique à l'approche des Allemands, arriva à Marseille en quête d’un logement et d’un emploi. André Merle, négociant en vins, et Adèle Defarge, qui était alors son épouse, l'engagèrent comme bonne d'enfants pour leurs deux fillettes. Logée chez eux, elle fut traitée comme si elle faisait partie de la famille. Sachant qu'il était interdit d'employer des Juifs, les Merle cherchèrent à procurer des faux papiers à Munda. Grâce à un haut fonctionnaire belge du nom de François, qui avait lui aussi trouvé refuge à Marseille, ils obtinrent une carte d'identité au nom de Marie-Rose Gaulin, censée avoir été délivrée à Lesquin-lez-Lille (Nord). Le faux n'était pas facile à déceler, la mairie de cette ville ayant été détruite en 1940. En 1943 la situation des Juifs dans le sud de la France empira, puisque les Allemands occupèrent l'ensemble de la France. Un jour où la jeune femme accompagnait les fillettes en tramway, un policier lui demanda sa carte d'identité, et lui fit remarquer qu'elle était en piteux état. Munda Goldfinger répondit d'un ton sévère que c'était la faute des deux enfants. Les petites, auxquelles les parents avaient expliqué la situation, gardèrent le silence. Le policier passa son chemin, mais l'incident, et le sentiment d'insécurité croissante qui régnait dans la ville, poussèrent Adèle Defarges et André Merle à éloigner de Marseille les enfants et leur gouvernante. En avril 1944, elles s'installerèrent à Rian, localité située dans le Var à l'est de Marseille, où elles vécurent dans une ferme un peu à l’écart du village jusqu'à la libération de la France, fin août. Après la guerre, Munda resta liée avec ses deux sauveurs (qui devaient, eux, se séparer). Ils déclarèrent plus tard : "Nous avons fait ce qui est normal".

Le 13 septembre 1982, Yad Vashem a décerné à Adèle Defarges et André Merle le titre de Juste des Nations.