Fricker Georges

Fricker Marie-Eugénie

Année de nomination : 1983      Dossier n° 2594 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

M. Georges Fricker
Date de naissance : 15/07/1887
Date de décès : 30/01/1949
Profession : Peintre en bâtiment
Particularité : Chrétien

Mme Marie-Eugénie Fricker (née Stocker)
Date de naissance : 30/03/1892
Date de décès : 18/10/1965
Profession : femme de ménage, Mère de 3 enfants
Particularité : Chrétien

Localisation

Localite : Bagnolet
Département : Seine-Saint-Denis
Région : Île-de-France
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Date : 29 mai 1989
Lieu : Hôtel de ville de Paris ()

Personnes sauvées

M. Joseph Waserman

Mme Sarah Wojakowski (née Waserman)

Lieux de mémoire

Allée des Justes à Jérusalem
Allée des Justes à Paris

L'histoire

Georges FRICKER   Marie-Eugénie FRICKER

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 1942, Sarah Wajakowski, qui avait neuf ans et son frère Joseph, qui en avait sept, vivaient à Paris avec leur mère; leur père avait été arrêté et déporté. Le 16 juillet 1942, jour de la grande rafle, voyant les policiers arriver, Madame Wajakowski appela son amie Marie Fricker. Ce fut Georges, son mari, qui vint. Les policiers voulaient arrêter la maman et ses enfants mais les sanglots de la malheureuse les apitoyèrent et ils laissèrent les petits. Déportée à Auschwitz, la jeune femme y périt. Les Fricker, qui avaient trois enfants, prirent Sarah et Joseph à leur foyer. Cette famille modeste - Georges était peintre en bâtiment et Marie femme de ménage - dut faire de gros efforts pour subvenir aussi aux besoins des deux petits Wajakowski. Ils les accueillirent pourtant chaleureusement, faisant de leur mieux pour les rendre heureux. Ils ne demandèrent jamais la moindre rémunération et ne tentèrent pas de convertir les enfants. Sarah et Joseph les considéraient comme leurs parents adoptifs, et les trois enfants comme des frères et soeurs. Leur propre père revint en mai 1945 mais Sarah et Joseph restèrent profondément attachés à leurs sauveteurs. Toute sa vie Marie Fricker se réjouit d'avoir pu aider les deux petits. Son bonheur le jour du mariage de Sarah lui fit oublier, déclara-t-elle, les mauvais moments de la guerre. Peu avant de mourir, elle dit adieu à toute sa famille; Sarah et Joseph, qu'elle considérait comme ses enfants, étaient présents.

Le 22 mai 1983, l'institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné à Marie et Georges Fricker le titre de Juste parmi les Nations