Rousselle Jeanne

Année de nomination : 1988      Dossier n° 3814 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Mme Jeanne Rousselle (née Petitbois)
Date de naissance : 12/11/1882
Date de décès : 10/06/1956
Profession : Fondatrice et administratieur du préventorium de Trélon
Particularité : Croix de guerre, chevalier de la légion d'honneur pour son héroïsme en tant qu'infirmière au front de 14

Localisation

Localite : Trélon
Département : Nord
Région : Nord-Pas-de-Calais
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Date : 29 septembre 1989
Lieu : Château de la Huda ()

Personnes sauvées

Mme Perla Brandriss (née Lipszyc)

Mme Hélène Lerner (née Lipszyc)

M. Avraham Lif (né Lipszyc)

Lieux de mémoire

Allée des Justes à Jérusalem
Allée des Justes à Paris

L'histoire

Jeanne Rousselle, Croix de Guerre et Chevalier de la Légion d'Honneur pour son héroïsme en tant qu'infirmière au front pendant la guerre de 1914-18, dirigeait le Préventorium de Trélon (Nord) établissement catholique spécialisé dans le traitement des enfants tuberculeux. Elle y cacha cinquante et un jeunes Juifs qui avaient échappé aux Allemands. Avraham Lipszyc était né en Pologne en 1927. Cette année-là, sa famille émigra en France et s'installa à Lille (Nord) où son père devint rabbin d'une communauté de Juifs d'Europe de l'Est. En été 1942, des amis avertirent M. Lipszyc qu'une rafle était imminente. Ne pouvant sauver toute sa famille, le rabbin, qui avait alors sept enfants, décida de rester. Le 11 septembre 1942, M. et Mme Lipszyc furent arrêtés puis déportés avec deux de leurs enfants, Sarah et Israël, à Auschwitz où ils furent tous assassinés. Le rabbin avait eu le temps de prévenir plusieurs membres de la communauté, qui eurent ainsi la vie sauve. Avraham et deux de ses soeurs, Perla (née en 1923) et Hélène (1925) avaient échappé à l'arrestation grâce au pasteur Henri Nick (q.v.), qui leur trouva des familles d'accueil. Les deux jeunes filles finirent par arriver au Préventorium de Trélon. Un an plus tard, en automne 1943, l'établissement accepta d'autres jeunes Juifs, dont Avraham, qui avait réussi à échapper à la Gestapo. Jeanne Rousselle et son assistante, Mlle Véron, étaient seules à savoir que ces nouveaux-venus étaient Juifs. Elles ne le révélaient à personne car l'un des médecins de l'endroit était connu pour ses sentiments pro-nazis. Les deux femmes traitèrent les réfugiés avec dévouement et sympathie, respectant leurs coutumes religieuses et notamment leurs pratiques alimentaires. Jeanne Rousselle s'arrangeait pour que les jeunes filles, qui faisaient office d'élèves-infirmières, ne travaillent pas le samedi, disposent de leurs propres ustensiles de cuisine et puissent préparer elles-mêmes leur nourriture. Malgré le danger, elle laissa Avraham se rendre à Lille chercher du pain azyme pour la Pâque juive. Elle ne chercha jamais à convertir les enfants Lipszyc; bien au contraire, elle les félicitait de continuer à observer les prescriptions de leur religion malgré les difficultés. Avraham fut ensuite recueilli par une famille française de Lille. Perla et Hélène vécurent au Préventorium jusqu'à la Libération. Jeanne se déclara prête à les garder et à leur apprendre le métier d'infirmière mais devant leur refus, les aida à trouver un logement à Lille. La séparation fut douloureuse. Les adolescentes remercièrent Jeanne, qui les remercia à son tour de l'avoir aidée à devenir une meilleure chrétienne. Les deux soeurs correspondirent avec elle jusqu'à sa mort en 1956.

Le 24 février 1988, Yad Vashem a décerné à Jeanne Rousselle le titre de Juste parmi les Nations.

 

Anne-Marie CAPITAIN (première à gauche) et Jeanne ROUSSELLE (première à droite)