Beulé Raymond

Beulé Adolphine

Année de nomination : 1989      Dossier n° 4184 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

M. Raymond Beulé
Date de naissance :
Profession : Artisan plâtrier
Particularité : Information non disponible

Mme Adolphine Beulé
Date de naissance :
Profession : Femme au foyer, mère de 3 enfants
Particularité : Information non disponible

Localisation

Localite : Bonnétable
Département : Sarthe
Région : Pays-de-La-Loire
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Information non disponible

Personnes sauvées

Mme Adèle Baumzer (née Bernbaum)

M. Samuel Topeza

M. Marcel Topeza

Mme Lota Wagman (née Topeza)

Lieux de mémoire

Allée des Justes à Jérusalem
Allée des Justes à Paris

L'histoire

Des réfugiés juifs, les Bernbaum - le père, la mère et les deux filles - habitaient à Paris. Le père fut arrêté en 1941. La mère réussit à trouver une famille adoptive pour sa plus jeune enfant, qui avait six ans. Le 16 juillet 1942, lors de la grande rafle des Juifs à Paris, la police vint frapper à la porte des Bernbaum, appelant la mère et sa fille Adèle par leurs noms. Terrorisées, les deux femmes ne bougèrent pas et n'ouvrirent pas la porte. Après le départ des policiers, Madame Bernbaum décida d'envoyer Adèle, qui avait douze ans, hors de Paris. Ses amis, les Topeza, avaient mis trois de leurs enfants en sécurité à Bonnetable, dans la Sarthe, chez Raymond Beule, un artisan plâtrier. Il accepta de recevoir aussi Adèle. Les Beule avaient trois enfants : avec leurs petits protégés, ils avaient donc à s’occuper de sept enfants. Adolphine Beule ne travaillait pas à l’extérieur. Raymond se faisait souvent payer en produits alimentaires, ce qui lui permettait de nourrir tout son monde et parfois d'envoyer des colis de ravitaillement aux parents des enfants à Paris. Les parents pour leur part versaient des sommes modiques pour couvrir les frais de l'entretien de leurs enfants. Raymond Beule s'occupait des petits réfugiés, qu'il n'avait pas connus avant la guerre, comme de ses propres enfants, les soignant quand ils étaient malades. Adèle raconta plus tard qu’ Adolphine lui avait dit un jour : "Si par malheur, il arrivait quelque chose à ta mère, nous t'adopterons." Les réfugiés étaient présentés au village comme des cousins venus reprendre des forces à la campagne. Raymond et Adolphine couraient des risques d'autant plus grands que pendant toute cette période la Wehrmacht avait réquisitionné le château Bonnetable voisin pour en faire un poste de commandement. En août 1944, lorsque des unités de l'armée américaine entrèrent au village, Adolphine poussa un grand soupir de soulagement et déclara à ses voisins : "Nos cousins étaient en fait des juifs que nous cachions!" et les voisins ont répondu : "Mais tout le quartier l'avait deviné".

Le 18 avril 1989, Yad Vashem a décerné à Raymond et Adolphine Beule le titre de Juste des Nations.