Keruzore Jean

Année de nomination : 1989      Dossier n° 4188 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

M. Jean Keruzore
Date de naissance :
Date de décès : 15/06/1989
Profession : Ingénieur
Particularité : Catholique

Localisation

Localite : La Couronne
Département : Charente
Région : Poitou-Charente
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Date : 1 janvier 1990
Lieu : Mairie d'Aubeterre (10150)

Personnes sauvées

Mme Rose Spier

Mme Reine Spier

M. Robert Spier

Lieux de mémoire

Plaque en hommage aux Justes de Charente
Allée des Justes à Jérusalem
Allée des Justes à Paris

L'histoire

Jean Kéruzore Jean Keruzore, un ingénieur, fut mobilisé lorsque la guerre éclata. Fait prisonnier, il s'échappa; repris, il réussit à s'enfuir du train qui le conduisait en Allemagne. Après diverses péripéties, il arriva à La Couronne (Charente) et y loua un logement. Il fut engagé comme ingénieur dans une usine locale dont les propriétaires connaissaient son histoire. Les Allemands continuèrent à le rechercher, et opéraient de temps en temps des descentes dans son appartement parisien, au cas où il y serait rentré. M. Keruzore avait des amis juifs à Paris, et notamment Rose Spier, sa fille Reine et son fils Robert. Après les grandes rafles de juillet 1942, Rose contacta l'ingénieur par l'intermédiaire d'un ami commun, André Némery, qu'elle épousa plus tard. Bien qu'étant lui-même traqué, Jean Keruzore cacha les Spier chez lui pendant huit mois, puis les aida à franchir la ligne de démarcation pour passer en zone sud. Les Spier s’installèrent à Grézy-sur-Isère (Savoie) dans une maison appartenant à André Némery. Sans doute prévenus par un mouchard, les Allemands firent une descente chez M. Keruzore peut après le départ des Spier. L'ingénieur dut prendre une nouvelle fois la fuite et se réfugia dans une ferme à Baignes-Sainte-Radegonde (Charente).

Le 18 avril 1989, Yad Vashem-Institut International pour la mémoire de la Shoah a décerné à Jean Keruzore le titre de Juste parmi les Nations.