Sérullaz Edouard

Sérullaz René

Sérullaz Gertie

Sérullaz Janine

Année de nomination : 1989      Dossier n° 4196 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

M. Edouard Sérullaz
Date de naissance :
Profession : Information non disponible
Particularité : Information non disponible

M. René Sérullaz
Date de naissance :
Profession : Information non disponible
Particularité : Information non disponible

Mme Gertie Sérullaz
Date de naissance :
Profession : Mère de 3 enfants
Particularité : Information non disponible

Mme Janine Sérullaz
Date de naissance :
Profession : Adolescente
Particularité : Information non disponible

Localisation

Localite : Lyon
Département : Rhône
Région : Rhône-Alpes
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Information non disponible

Personnes sauvées

Mme Madeleine Strauss

Lieux de mémoire

Allée des Justes à Jérusalem
Allée des Justes à Paris

L'histoire

Gertie Sérullaz et sa famille vinrent en aide à maintes reprises à Madeleine Strauss, une camarade de classe de sa fille Janine, en l'hébergeant plusieurs fois pendant l'Occupation malgré les lourdes peines dont était passible toute personne donnant asile à un Juif. La famille Strauss, qui s'était réfugiée à Lyon au début de la guerre, avait dû s'enfuir en mars 1944, car des agents de la Feldgendarmerie recherchaient Mme. Strauss. Après s'être cachés pendant dix jours chez les Mullet (q.v.), les Strauss étaient partis pour Artemare (Ain). Ils avaient été munis de faux papiers d'identité et de fausses cartes d'alimentation, mais n'osaient pas s'en servir car la falsification était trop visible. Madeleine, elle, avait une carte d'alimentation authentique, où elle avait modifié sa date de naissance. L'adolescente devait retourner chaque mois à Lyon pour obtenir les nouveaux coupons. Les fonctionnaires du centre de distribution, favorables à la Résistance, faisaient semblant de ne pas s'apercevoir de la retouche. A chacun de ses voyages à Lyon, Madeleine allait habiter chez son amie Janine Sérullaz. Cela dura de mai à juillet 1944. M. et Mme Sérullaz prenaient d’énormes risques pour eux et pour leurs trois enfants en hébergeant une juive. Le danger devint d'autant plus grand que les auteurs des faux papiers avaient été arrêtés, et que l'immeuble où vivaient les Sérullaz jouxtait le bâtiment de la Préfecture.

Le 28 avril 1989, Yad Vashem a décerné à Gertie Sérullaz et à ses trois enfants, Janine, René et Edouard Sérullaz, le titre de Juste parmi les Nations.