Guitton Alice

Guitton Ernest

Année de nomination : 1989      Dossier n° 4455 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Mme Alice Guitton (née Boulay)
Date de naissance : 04/08/1911
Date de décès : 1993
Profession : Mère de 3 enfants
Particularité : Information non disponible

M. Ernest Guitton
Date de naissance : 24/12/1904
Profession : Tailleur, Confectionneur de blouses de travail (artisan de village),accordéoniste
Particularité : Virtuose autodidacte de l'acordéon

Localisation

Localite : Lombron
Département : Sarthe
Région : Pays-de-La-Loire
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Date : 21 octobre 1990
Lieu : Lombron (72450)

L'histoire

Ernest Guitton et sa femme Alice vivaient avec leurs trois enfants à Lombron dans la Sarthe. Ernest, de santé fragile depuis sa naissance, n'était pas paysan comme la plupart de ses voisins : il confectionnait des blouses de travail et arrondissait ses fins de mois en jouant de l'accordéon dans les noces et fêtes villageoises. Au printemps 1942, les organisations juives faisaient des efforts désespérés pour trouver des cachettes sûres aux enfants juifs persécutés par le régime de Vichy. Un émissaire de la WIZO convainquit les Guitton d'accueillir le petit Jean Abelansky, alors âgé de dix ans, moyennant une modeste pension. C'était pourtant hautement dangereux; Lombron était situé à un important carrefour routier et l'endroit fourmillait d'Allemands. Ernest et sa femme traitèrent le petit garçon comme s'il était leur quatrième enfant. La WIZO paya la pension de l'enfant jusque vers la fin 1943; ensuite les Guitton, continuèrent à l'héberger, gratuitement. Ces gens simples, qui vivaient dans une maison sans électricité, prirent grand soin du petit réfugié, veillaient à ce qu’il fréquente régulièrement l'école et lui demandaient uniquement de participer, comme leurs autres enfants, aux travaux du ménage. Après la guerre, Jean Abelansly resta lié par des liens d'amitié avec ses sauveteurs.

Le 16 novembre 1989, l'institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné à Ernest et Alice Guitton le titre de Juste parmi les Nations.