Guillon Charles

Année de nomination : 1991      Dossier n° 4897 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Pasteur Charles Guillon
Date de naissance : 14/08/1884
Date de décès : 16/07/1965
Profession : Pasteur ERF, maire du Chambon, puis secrétaire national des UCJG et de la CIMADE
Particularité : Information non disponible

Localisation

Localite : Le Chambon-sur-Lignon
Département : Haute-Loire
Région : Auvergne
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Date : 24 avril 1992
Lieu : Maison de la Communauté Israélite de Genève (1200)

Personnes sauvées

Information non disponible

Lieux de mémoire

Allée des Justes à Jérusalem
Allée des Justes à Paris

L'histoire

Charles Guillon. copyright mentioned : copyright World YMCA "La France a perdu l'honneur en signant l'armistice avec l'Allemagne; elle doit maintenant lutter pour la défense de son âme". Ayant fait cette déclaration, le pasteur Charles Guillon commença son combat, sans armes mais en se servant de toute son autorité morale. Il était maire du Chambon-sur-Lignon, en Haute-Loire. Le 23 juin 1940, il donna sa démission, expliquant qu'en sa qualité de secrétaire général d'une organisation protestante, son premier devoir était de s'occuper des prisonniers de guerre et des réfugiés, ce qui n'était pas compatible avec l'exercice de son mandat, car il ne pouvait poursuivre ses fonctions dans le cadre d'un régime qui collaborait avec une puissance occupante qui était l'ennemie de la France. Jusqu'à la Libération, le pasteur se battit pour les réfugiés. Il mit à contribution tous ses contacts au sein des églises - en France comme à l'étranger - pour réunir les fonds nécessaires afin de venir en aide aux prisonniers et internés quelle que soit leur religion. Charles Guillon était le secrétaire mondial de l'YMCA; il était également l'un des quatre dirigeants du Conseil œcuménique des Eglises dont le siège était à Genève, ainsi que l'un des animateurs de la CIMADE, une organisation protestante française qui consacrait l'essentiel de ses activités au sauvetage des enfants juifs, qu'elle faisait notamment passer en Suisse. Malgré les risques énormes qu'il courait, le pasteur effectua d'innombrables visites en Suisse, dont il rentrait porteur de sommes d'argent importantes. Il se servait de cet argent pour la confection de colis de ravitaillement destinés aux prisonniers, et pour aider les réfugiés. Il faisait également parvenir des renseignements aux résistants. Des centaines de personnes, juives et non juives, lui doivent la vie. Cet homme exceptionnel, de haute stature morale, qui était devenu dès avant la guerre le dirigeant spirituel du Chambon-sur-Lignon, continua à exercer son ministère pendant les dures années de l'Occupation. La ville dont il avait la charge spirituelle occupe une place unique dans l'histoire de la France : nulle part ailleurs les Juifs ne furent accueillis et sauvés en aussi grand nombre et avec pareille générosité. Le pasteur Guillon dirigeait en personne un réseau qui arrachait les réfugiés juifs internés au camp des Milles, près d'Aix-en-Provence, et les faisait passer clandestinement en Suisse. Ce réseau avait pour centre le bureau de l'YMCA à Valence, dans la Drôme. Les Allemands soupçonnaient le pasteur d'y appartenir mais il sut fuir à temps et pris le maquis à l'automne 1942. Après la Libération de la France, le pasteur Charles Guillon redevint maire du Chambon-sur-Lignon.

Le 5 mai 1991, l'Institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné au pasteur Charles Guillon le titre de Juste parmi les Nations.