Khenaffou Mathilde

Année de nomination : 1991      Dossier n° 4935 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Mme Mathilde Khenaffou (née Burdin)
Date de naissance : 18/04/1918
Date de décès : 08/12/2003
Profession : Information non disponible
Particularité : Catholique, mère de 2 enfants

Localisation

Localite : Lyon
Département : Rhône
Région : Rhône-Alpes
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Information non disponible

Personnes sauvées

M. Dano Boccara

M. Robert Boccara

Mme Mireille Cacoub (née Boccara)

Mme Esther Cohen

Mme Nicole Cohen

Mme Inès Roubi (née Boccara)

Lieux de mémoire

Allée des Justes à Jérusalem
Allée des Justes à Paris

L'histoire

Mathilde Burdin Mathilde Khenaffou, une catholique française née à Chamonix, vivait à Lyon avec son mari Charles, qui était juif. Ouvrier hautement qualifié, Charles Khenaffou avait été déclaré "essentiel" pour l'effort de guerre allemand; il travaillait aux usines Berliet. Mathilde connaissait un peu la famille Boucara qui tenait un commerce de tapis anciens et objets d'art place Tolozan à Lyon. Elie Boucara, qui était juif, fut dénoncé par l’un de ses employés qui l'accusa de fraude fiscale (non dénonciation de son stock le plus précieux). Le 19 novembre 1943, la Gestapo réquisitionna son appartement. Ne se rendant pas compte de l'étendue du danger, Elie ne saisit pas l'occasion de s'enfuir. La Gestapo revint le lendemain et l'arrêta en compagnie de son beau-frère, Armand Cohen. Trois jours plus tard, ils furent exécutés. Le reste de la famille avait pris la fuite, la Gestapo à ses trousses. Ils vinrent demander asile aux Khenaffou qui n'hésitèrent pas à offrir l'hospitalité de leur maison de la rue Sainte-Catherine à Mme Bouccara et ses trois enfants ainsi qu'à sa belle-soeur et à son neveu. Environ un mois plus tard, un collègue de Charles leur trouva une cachette à La Chapelle-sous-Chaneac (Ardèche). Ils y vécurent jusqu'à la Libération. Mais à Lyon en 1944, des miliciens se présentèrent à quatre reprises chez Charles Khenaffou pour l'arrêter - sans le trouver. Il décida alors de se cacher. Quant à Mathilde, elle rejoignit les Boucara à La Chapelle. Elle se rendait à Lyon en train chaque mois retirer les coupons mensuels d'alimentation.

Le 30 juin 1991, l'institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné à Mathilde Lucienne Khenaffou le titre de Juste parmi les Nations.

 

Mathilde et  Charles KHENAFFOU en 1938 Mathilde et Charles KHENAFFOU Mathilde Khenaffou  1943 Mathilde Burdin, remise de medaille