Raffin Auguste

Raffin Marie

Année de nomination : 1991      Dossier n° 5063 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

M. Auguste Raffin
Date de naissance : 08/08/1906
Date de décès : 01/05/1977
Profession : Artisan Forgeron
Particularité : Information non disponible

Mme Marie Raffin (née Norgeux)
Date de naissance : 23/02/1906
Date de décès : 16/12/1985
Profession : Sans profession
Particularité : Information non disponible

Localisation

Localite : Chavagnes-en-Paillers
Département : Vendée
Région : Pays-de-La-Loire
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Information non disponible

Personnes sauvées

Mme Paulette Kreise (née Klaper)

Mme Odette Meyers (née Melszpajz)

Mme Cécile Popowicz

Mme Suzanne Sablic (née Klaper)

Lieux de mémoire

Place des "Justes parmi les Nations" à Chavagnes-en-Paillers
Allée des Justes à Jérusalem
Allée des Justes à Paris

L'histoire

Gustave RAFFIN   Moisette RAFFIN Auguste Raffin, qui était forgeron, vivait à Chavagnes-en-Paillers (Vendée) près de Saint Fulgent avec sa femme Moisette. Ils hébergèrent quatre fillettes juives pendant l'Occupation. Mmes Klaper, Popowicz et Melszpajz - dont les maris, mobilisés, avaient été faits prisonniers de guerre et se trouvaient dans un stalag en Allemagne - échappèrent grâce à des voisins à la grande rafle des Juifs de Paris du 16 juillet 1942. Elles avaient décidé auparavant qu'en cas de danger, elles enverraient leurs filles chez les Raffin, dont elles avaient fait la connaissance pendant des vacances à la campagne. Un voisin accepta d'accompagner les quatre enfants à la gare et de les mettre dans le train pour Saint-Fulgent. Avant leur départ, on leur expliqua soigneusement qu'elles devaient dissimuler le fait qu'elles étaient juives. Auguste et Moisette Raffin accueillirent chaleureusement les petites et leur enseignèrent à revêtir une nouvelle identité, celle de fillettes catholiques venues à la campagne pour fuir les bombardements. Elles apprirent les principales prières et à faire le signe de la croix. Les petites furent traitées avec dévouement et élevées avec les quatre enfants du couple Raffin, dont elles partageaient nourriture. Toujours proprement habillées et soignées, elles fréquentaient une école religieuse. Odette Melszpajz, l'une des fillettes, vécut ainsi huit mois avant de partir rejoindre sa mère, qui avait trouvé refuge dans la commune voisine de La Basse Clavelière, chez les Guillemot, les parents adoptifs de Moisette Raffin, qui lui louaient une pièce dans leur maison. Odette, qui parlait parfaitement le français, n'attira pas les soupçons. Mais le curé du village, pétainiste, remarqua l'accent polonais de sa mère et voulut la dénoncer. Les Guillemot durent exercer des pressions considérables pour le faire revenir sur sa décision. Le maire de Saint-Fulgent, pour sa part, vint en aide aux deux réfugiées en leur fournissant de faux papiers d'identité. Au lendemain de la guerre, le contact fut perdu entre les Raffin et celles qu'ils avaient sauvées. Toutefois leur souvenir resta vivace. En 1985, Odette Melspajz-Meyers vint rendre visite à la famille Raffin et par son intermédiaire les relations furent reprises entre les parents et les enfants. Odette souligne dans son témoignage que les enfants Raffin avaient hérité de la générosité et de la chaleur humaine de leurs parents.

Le 2 décembre 1991, Yad Vashem a décerné à Auguste et Moisette Raffin le titre de Juste parmi les Nations. 

 

4 fillettes juives recueillies par Auguste et Moisette RAFFIN; au centre les 2 fils RAFFIN en 1942 Personnes sauvées