Coghe Léon

Coghe Germaine

Année de nomination : 1992      Dossier n° 5315C -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

M. Léon Coghe
Date de naissance : 21/01/1899
Date de décès : 1974
Profession : Policier
Particularité : Information non disponible

Mme Germaine Coghe (née Avet)
Date de naissance : 01/12/1899
Profession : Information non disponible
Particularité : Information non disponible

Localisation

Localite : Roubaix
Département : Nord
Région : Nord-Pas-De-Calais
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Date : 6 mars 1993
Lieu : Synagogue de Lille ()

Personnes sauvées

Mme Inge Fuks (née Winischki)

M. Joseph Winischki

Mme Sonia Winischki

M. Léo Winischki

Mme Baerbel Winischki

Lieux de mémoire

Allée des Justes à Jérusalem
Allée des Justes à Paris

L'histoire

Léon Coghe Le 12 mai 1940, Joseph et Sonia Winischki, des réfugiés Juifs allemands qui vivaient en Belgique avec leurs trois enfants, Léo, Inge et Baerbel, passèrent clandestinement la frontière française et arrivèrent à Roubaix. Ils rencontrèrent un policier du nom de Léon Coghe. Pendant quatre ans - de mai 1940 à la Libération - ce policier les aida à échapper aux autorités en leur donnant de faux papiers et en leur trouvant treize cachettes différentes. Léon Coghe conduisait les Winischki de cachette en cachette dans sa voiture de service, au nez et à la barbe des agents du régime. Il tenta plusieurs fois de "légaliser" la présence en France de la famille. Il les fit passer la frontière vers la Belgique, puis rentrer en France par un autre poste de contrôle. La police des frontières avalisa ainsi leur entrée sur le territoire français sous leurs faux noms. Lors des arrestations massives de Juifs du mois de juillet 1942, Léon Coghe, accompagné du pasteur Marcel Pasche (q.v), fit franchir la frontière suisse à Joseph Winischki et son fils Léon, en passant par Besançon et en traversant le Jura. Un peu plus tard, utilisant la même filière, celle d'une organisation de secours protestante, Léon et Germaine Coghe voulurent aussi faire passer en Suisse Sonia Winischki et ses filles Inge et Baerbel. Mais la tentative échoua et les trois fugitives revinrent chez les Coghe à Roubaix. Elles y séjournèrent jusqu'à ce que le policier leur ait trouvé un refuge chez des habitants de la ville.

Le 2 juin 1992, l'Institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné à Léon et Germaine Coghe le titre de Juste parmi les Nations.

 

Exposition: Désobéir pour sauver
Léon Coghe après la libération Libération de Roubaix, Léon Coghe marqué d'une croix Léon Coghe, personnes sauvees