Formant Marie-Thérèse

Année de nomination : 1992      Dossier n° 5452 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Mme Marie-Thérèse Formant (née Vandevoorde)
Date de naissance : 31/10/1915
Profession : Sans profession, mère de 2 enfants
Particularité : Résistante, femme de prisonnier

Localisation

Localite : Saint-Martin-d'Uriage
Département : Isère
Région : Rhône-Alpes
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Information non disponible

Personnes sauvées

M. Maurice Menzelenski

Mme Rachel Menzelenski

Mme Fanny Pessaak

Mme Janine Wolff

Lieux de mémoire

Allée des Justes à Jérusalem
Allée des Justes à Paris

L'histoire

Marie-Thérèse FORMANT Maurice et Rachel Mendzylenski s'étaient enfuis de Pologne lors de l’invasion allemande en 1939 et avaient réussi à gagner la France. Après avoir erré de ville en ville à la recherche d'un abri, ils finirent par arriver en mars 1942 à Saint-Martin d'Uriage (Isère), où ils furent hébergés par Marie-Thérèse Formant qui s'occupa d'eux avec courage et dévouement jusqu'à la Libération en Août 1944. La jeune femme avait habité à Tourcoing jusqu'en 1940. Se retrouvant seule avec deux petits enfants quand son mari, mobilisé, fut fait prisonnier par les Allemands, elle se laissa persuader par son frère de venir s'installer à Saint-Martin d'Uriage. Celui-ci, le dominicain Henri-Dominique Vandevoorde (q.v) faisait de la Résistance. La présence de sa soeur lui fournissait une couverture convaincante, et elle l'aidait dans ses activités. Marie-Thérèse cachait des résistants pendant de courtes périodes; elle donnait surtout asile à des Juifs n'ayant pas la nationalité française. La plupart d'entre eux avaient perdu leur famille et leurs biens. Ils lui étaient envoyés par son frère et les autres membres de son réseau, en majorité des religieux. Pour sa part, elle agissait pour des raisons purement humanitaires et par conviction religieuse. Les Mendzylenski vécurent chez elle jusqu'en 1944. Un jour ils voulurent sortir de leur cachette. Arrêtés par la police locale, ils furent conduits dans un camp d'internement. Maurice réussit à s'échapper en route; Rachel ne dut sa mise en liberté qu'à l'intervention énergique de Marie-Thérése Formant. Les deux fugitifs revinrent chez elle et y demeurèrent jusqu'à la fin de l'Occupation. Elle courait pourtant d’énormes risques en les hébergeant à nouveau après leur arrestation. Son frère lui envoya une autre réfugiée, Jeanine Wolff, dont le père, avocat belge, avait péri avec tout le reste de sa famille. Marie-Thérèse lui fournit de faux papiers et l'abrita jusqu'à la fin de la guerre. Elle hébergea aussi Fanny Pessaak. Elle prévenait les trente Juifs qui logeaient dans l'hôtel du village chaque fois que son frère ou un collègue l'avertissait d'arrestations imminentes. Les réfugiés couraient alors se cacher dans les montagnes ou dans des granges abandonnées des alentours, où la jeune femme se chargeait de les ravitailler.

Le 4 octobre 1992, l'institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné à Marie-Thérèse Formant le titre de Juste parmi les Nations. 

 

1942, La Rouzière près de Pinet d'Uriage A droite, Janine Wolf Janine Wolf 2 juin1994, remise de médaille 21 avril 1994 dans la crypte à yad vashem Avril 1994 Yad Vashem