Thumerel Adélaïde-Agathe

Thumerel Marcel

Année de nomination : 1993      Dossier n° 5721 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Mme Adélaïde-Agathe Thumerel (née Camberlin)
Date de naissance : 09/03/1897
Date de décès : 19/03/1943
Profession : Information non disponible
Particularité : Information non disponible

M. Marcel Thumerel
Date de naissance : 09/11/1895
Date de décès : 13/02/1976
Profession : Cheminot, mécanicien de la route SNCF
Particularité : Résistant "La Voix du Nord"

Localisation

Localite : Lille
Département : Nord
Région : Nord-Pas-De-Calais
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Date : 19 octobre 1994
Lieu : Mairie de Wattignies (59139)

Personnes sauvées

M. Jacques Ingewer

M. Léon Ingewer

Lieux de mémoire

Parvis des Justes à Lille
Allée des Justes à Jérusalem
Allée des Justes à Paris

L'histoire

M. et Mme Ingewer habitaient à Lille (Nord) avec leurs deux fils : Léon, né en 1922 et Jacques, né en 1927. Malgré l'occupation de la Belgique puis du nord de la France par les Allemands, cette famille juive décida de ne pas quitter la ville, devenue zone interdite à cause de sa proximité des frontières belge et luxembourgeoise. En septembre 1942 les nombreux Juifs demeurés à Lille et ses environs furent arrêtés et embarqués dans le train qui devait les conduire au camp de Malines (Belgique), puis en déportation vers l'est. Grâce au grand coeur et à la présence d'esprit des cheminots de Fives-Lille, membres du réseau de résistance "la Voix du Nord", les Ingewer et plusieurs autres Juifs réussirent à s'échapper, dissimulés dans des wagons stationnant sur des voies de garage. L'un des cheminots était Marcel Thumerel. Il conduisit les quatre Ingewer vers quatre cachettes différentes. Lui-même hébergea Jacques, qui dormit dans la chambre de son fils unique, jusqu'en décembre 1942. Entre temps, M. Thumerel procura aux Ingewer de faux papiers d'identité au nom de Leclercq. A la suite des bombardements intensifs des Alliés, qui visaient les usines et carrières travaillant pour la Wehrmacht, la population civile fut évacuée des quartiers exposés en décembre 1942. Marcel Thumerel trouva alors une famille d'accueil pour ses protégés à Armantières, près de la frontière belge; ils y vécurent relativement tranquillement jusqu'à la Libération. Marcel Thumerel et sa femme avaient risqué leur vie pour des raisons purement patriotiques et humanitaires, et refusèrent toute rétribution.

Le 21 juillet 1993, Yad Vashem a décerné à Marcel et Adélaïde-Agathe Thumerel le titre de Juste parmi les Nations.