Thibault Camille

Année de nomination : 1993      Dossier n° 5825A -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

M. Camille Thibault
Date de naissance : 23/12/1901
Date de décès : 2004
Profession : Commandant de la gendarmerie, chef de brigade de Pleumartin (Vienne)
Particularité : Information non disponible

Localisation

Localite : Chauvigny
Département : Vienne
Région : Poitou-Charentes
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Date : 6 mars 1994
Lieu : Hôtel de Ville de Chauvigny ()

Personnes sauvées

M. David Bloch

M. Max Bloch

M. Léon Bloch

M. Jacques Bloch

M. Louis Bloch

M. Jacques Hanaux

M. Léon Hanaux

M. Adolphe Herman

M. Sylvain Israël

M. René Keller

Mme Léonie Lévy

Mme Augustine Lévy

M. René Lévy

M. Joseph Lévy

M. Marcel Lion

M. Max Michel

M. Henri Michel

M. Armand Salomon

M. Léon Salomon

M. Maurice Sieskind

Lieux de mémoire

Allée des Justes à Jérusalem
Allée des Justes à Paris

L'histoire

Lorsque la guerre éclata en septembre 1939, toute la population de Bouzonville, (Moselle) à la frontière allemande, fut évacuée. La communauté juive de la ville - trente familles - fut transférée à Chauvigny (Vienne). Les 75 réfugiés allèrent s'inscrire à la mairie, puis la mention « Juif » fut dûment portée sur leurs cartes d’identité en décembre 1942. La population locale les avait accueillis chaleureusement, ils avaient trouvés du travail et obtenu un local pour servir de synagogue. Ils purent ainsi vivre à Chauvigny sans être inquiétés jusqu'à l'arrivée des troupes allemandes en mai 1944. Les autorités municipales et la gendarmerie reçurent l'ordre de rassembler tous les Juifs en vue de leur déportation. Le maire, Jacques Toulat (q.v.), assisté du gendarme Alain Bonneau et de Camille Thibault, commandant de la gendarmerie, conjuguèrent leurs efforts pour sauver les Juifs de Chauvigny. La veille du rassemblement prévu, le maire envoya Alain Bonneau et Camille Thibault, en civil, donner l'alerte de maison en maison et prévenir les Juifs d'avoir à quitter la ville sans tarder. La nuit même, ils quittèrent tous Chauvigny, échappant à l'arrestation et à la déportation. Le lendemain, leurs noms furent supprimés de tous les registres. Lorsque les miliciens déclenchèrent leur opération, ils ne trouvèrent personne. Alain Bonneau et Camille Thibault avaient risqué leur poste et de graves sanctions en prévenant les Juifs. Ils n'étaient certes pas tenus d'obéir au maire, mais s’acquittèrent de cette mission car tous deux faisaient partie de la Résistance... Après la guerre, la plupart des familles qui avaient trouvé refuge à Chauvigny - notamment les familles Salomon, Bloch, Hanau, Lévy, Lion, Max, Michel, Sieskind, Israël et Herman, soit soixante-dix personnes environ - rentrèrent à Bouzonville.

Le 22 août 1993, Yad Vashem a décerné à Camille Thibault et Alain Bonneau le titre de Juste des Nations. 

 

Exposition: Désobéir pour sauver