Holzapfel Ernest

Année de nomination : 1993      Dossier n° 5853 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Dr Ernest Holzapfel
Date de naissance :
Profession : Etudiant en médecine
Particularité : Information non disponible

Localisation

Localite : Lyon
Département : Rhône
Région : Rhône-Alpes
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Date : 19 avril 1994
Lieu : Hôtel de Ville de Villeurbanne ()

Personnes sauvées

M. Claude Blum

Lieux de mémoire

Allée des Justes à Jérusalem
Allée des Justes à Paris

L'histoire

Ernest HOLZAPFEL C'est en septembre 1943  que le petit Claude Blum, fils de Juifs allemands établis à Paris dans les années trente, arriva au foyer d'Ernest Holzapfel et de sa femme Lisette Frimant (q.v.). Le garçonnet, qui avait quatre ans, avait été arrêté avec sa mère à la gare de Paray-le-Monial (Saône-et-Loire) alors qu'ils tentaient de franchir la ligne de démarcation pour passer en zone sud. Charlotte Blum cherchait à rejoindre son mari qui avait trouvé refuge à Lyon où il travaillait dans une affaire appartenant à Augustine Clerc. Mme Blum fut déportée; après bien des vicissitudes l'enfant arriva chez la patronne de son père, qui la confia à sa nièce, Lisette Frimant. Cette dernière et son époux, Ernest Holzapfel, étaient étudiants en médecine. Le "petit Claude", comme ils l'appelaient, se sentit vite chez lui à leur foyer. Ernest, réfugié allemand qui avait obtenu l'asile politique en France, avait épousé une Française et fait de la France sa patrie. En accueillant un petit juif, il se mettait doublement en danger. Son statut personnel était douteux compte tenu de la guerre et de l'Occupation;  par ailleurs, du fait de son origine et de ses opinions politiques, il était opposé au gouvernement de Vichy et à l'occupant allemand. Il continua pourtant ses études de médecine pendant toute cette période. Chaque fois qu'il prenait le tramway pour se rendre à la faculté de médecine, il prenait place à côté du poinçonneur et se tenait prêt à s’enfuir si un policier ou un soldat allemand montait dans le véhicule. Dès que survenait une rafle de Juifs, Ernest et sa femme partaient avec l'enfant à la maison de campagne de la tante de Lisette et y restaient jusqu'à ce que le danger soit écarté. Dans son témoignage après la guerre, Claude parle des trois années passées chez les Holzapfel comme d'une période bienheureuse, où il fut entouré d'amour. Il avait été inscrit à l'école et dans la troupe locale de scouts. Ses parents adoptifs lui avaient cependant expliqué qu'il était Juif et ne devait donc pas aller à la messe le dimanche. Claude vécut chez les Holzapfel jusqu'en 1945, où sa grand-mère, Zirka Markowitz, vint le chercher et l'emmena en Palestine. Puis longtemps après la guerre, le contact fut repris. La fille des Holzapfel, née après l'Occupation, avait tellement entendu parler du "petit Claude" sauvé par ses parents qu'elle prit l'initiative de le rechercher. C'est ainsi qu'ils se rencontrèrent après bien des années.

Le 27 octobre 1993, Yad Vashem a décerné au docteur Ernest Holzapfel le titre de Juste parmi les Nations.

 

En juin 1945 Claude 6 ans dans un camps de louveteaux Le petit Claude en louveteau