Guidi André

Guidi Hélène

Guidi Georges

Année de nomination : 1993      Dossier n° 5892 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

M. André Guidi
Date de naissance :
Profession : Fondateur et gérant d'un sanatorium pour enfants tuberculeux (AFFAIRE FAMILIALE)
Particularité : Résistant

Mme Hélène Guidi
Date de naissance :
Profession : Fondatrice et Gérante du sanatorium (affaire familiale)
Particularité : Résistante

M. Georges Guidi
Date de naissance :
Profession : Gérant du sanatorium: logistique et ravitaillement (affaire familiale)
Particularité : Résistant

Localisation

Localite : Le Gua
Département : Isère
Région : Rhône-Alpes
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Information non disponible

Personnes sauvées

Mme Rywka Frydlender (née Milgrom)

M. Fernand Goldman

M. Bernard Goldman

M. Samuel Milgrom

M. Salomon Milgrom

M. Claude Milgrom

M. Daniel Szydlo

Lieux de mémoire

Allée des Justes à Jérusalem
Allée des Justes à Paris

L'histoire

La famille Guidi était installée depuis des générations dans le village de Prélenfrey (Isère). Elle y avait fondé un sanatorium pour enfants tuberculeux, "Les Tilleuls". Pendant l'Occupation, Hélène Guidi dirigeait l'établissement avec l'aide de son fils Georges, que tout le monde appelait "Jo". Elle fit de l'endroit un refuge pour des enfants juifs en bonne santé admis soi-disant pour recevoir des soins. Leur nombre alla grandissant après qu’en septembre 1943, les Allemands eurent occupé Grenoble et sa région, ce qui rendit intenable la situation des Juifs. Certains des enfants étaient envoyés au centre par l'organisation juive OSE, d'autres par des personnes ayant entendu parler de l'établissement et de ses directeurs. Hélène et André Guidi leur fournissaient de faux papiers et dissimulaient les vrais en divers endroits. Une vingtaine d'enfants furent sauvés aux Tilleuls. Les Guidi couraient pourtant d'énormes risques, car les Allemands, toujours à la recherche de résistants, faisaient régulièrement des descentes dans le secteur. Les Tilleuls abritaient aussi des adultes juifs, prétendument engagés en tant que professeurs, moniteurs ou personnel de cuisine. Des résistants étaient également cachés dans l'établissement, ainsi que des stocks d’armes. Lorsque des gendarmes français ou des soldats allemands se présentaient aux Tilleuls, les Guidi leur expliquaient que les petits malades dans le "service d'isolement" avaient la tuberculose dans sa phase aiguë, la plus contagieuse, et qu'il était donc dangereux de s'en approcher. A l'arrivée des Allemands, les enfants les plus grands se sauvaient dans la montagne, sous la conduite des moniteurs. Fernand et Bernard Goldman, respectivement âgés de douze et sept ans, furent ainsi hébergés aux Tilleuls, sous le nom de Godard, de septembre 1943 jusqu'à la Libération; les quatre enfants Milgrom - Rebecca, Salomon, Samuel et Claude - qui avaient de trois à dix-neuf ans, arrivèrent au centre à peu près à la même époque. Leur famille, originaire de Pologne, avait fui Paris immédiatement après la grande rafle de juillet 1942; leurs parents avaient cherché pendant plus d'un an un asile sûr. Le jeune Daniel Szydlo, 14 ans, envoyé par l'OSE, arriva lui aussi en septembre 1943 et demeura aux Tilleuls jusqu'à la Libération.

Le 30 décembre 1993, Yad Vashem a décerné à André et Hélène Guidi et leur fils Georges, le titre de Juste parmi les Nations. 

 

André & Hélène GUIDI avec la fille de Georges