Meunier Jean

Année de nomination : 1994      Dossier n° 6091A -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

M. Jean Meunier
Date de naissance : 19/05/1906
Date de décès : 26/07/1975
Profession : Imprimeur
Particularité : Chef de la Résistance en Indre-et-Loire

Localisation

Localite : Vernoil
Département : Maine-et-Loire
Région : Pays-de-La-Loire
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Date : 9 février 1995
Lieu : Mairie des Lilas ()

Personnes sauvées

Mme Liliane Moscovici

M. Jean-Claude Moscovici

Mme Moscovici

Lieux de mémoire

Allée des Justes à Jérusalem
Allée des Justes à Paris

L'histoire

Jean Meunier Le docteur Moscovici, un Juif originaire de Roumanie, était venu s'établir à Vernoil (Maine-et-Loire) dans le courant des années trente. En été 1942, ses frères et le frère de sa femme, fuyant Paris, vinrent se réfugier chez lui. Aucun d'eux n'avait la nationalité française. A l'aube du 16 juillet 1942, des gendarmes français vinrent arrêter le médecin et ses deux frères au cours d'une grande rafle. Au total 824 Juifs furent pris ce matin là dans la région et envoyés à Angers, d'où ils furent déportés à Auschwitz. Six semaines plus tard, les gendarmes revinrent chez les Moscovici chercher les autres membres de la famille. Au dernier moment, Mme Moscovici réussit à mettre ses deux enfants, âgés de deux et six ans, en sûreté chez des voisins; elle-même parvint à prendre la fuite en trompant la vigilance des gendarmes. Grâce à Odette Bergoffen (q.v.) et à Jean Meunier, les trois Moscovici eurent la vie sauve. Jean Meunier était propriétaire d'une imprimerie à Angers, il avait fondé "La Nouvelle République". Vers la fin de l'année 1941, il entra en contact avec plusieurs dirigeants de la Résistance et les informa qu'il voulait prendre une part active au combat. En octobre 1942, Henri Ribière, secrétaire général du mouvement clandestin "Libération Nord", lui demanda de mettre sur pied un noyau de résistance dans le département voisin d'Indre-et-Loire. Jean Meunier utilisa son imprimerie pour fabriquer de faux papiers - cartes d'identité, cartes d'alimentation ainsi que divers laisser-passer - qu'il donnait aux personnes qui en avaient besoin. Grâce à une carte d'identité qu’il avait fournie à Odette Bergoffen, Mme Moscovici put franchir la ligne de démarcation et gagner la zone sud. Restés à Vernoil, les deux petits furent arrêtés quelque temps après et envoyés à Drancy. On réussit, en déployant des efforts considérables, à les en faire sortir. Odette Bergoffen leur fit quitter Paris en cachette et les conduisit chez Jean Meunier où ils passèrent quelques semaines. Il les envoya ensuite, munis de faux papiers, vers un abri sûr. Après la guerre, Mme Moscovici et ses enfants rentrèrent à Vernoil. Le docteur Moscovici, l'un des rares survivants d'Auschwitz, où ses deux frères avaient péri, put rejoindre sa famille.

Le 10 mai 1994, Yad Vashem a décerné à Jean Meunier le titre de Juste parmi les Nations.

 

Famille Meunier