Fedi Marie

Fedi Gilles

Année de nomination : 1970      Dossier n° 610 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Mme Marie Fedi
Date de naissance :
Profession : Mère au foyer
Particularité : Catholique pratiquante

M. Gilles Fedi
Date de naissance : 03/03/1908
Date de décès : 1992
Profession : Gardien de la Paix, agent auxiliaire à la ville de marseille dès mars 1941
Particularité : Démit de ses fonctions par le gouvernement de Vichy, catholique pratiquant

Localisation

Localite : Marseille
Département : Bouches-du-Rhône
Région : Provence-Alpes-Côte-D'Azur
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Date : 23 février 1971
Lieu : Yad Vashem Jérusalem ()

Personnes sauvées

M. Schmuel Feldman

Mme Myriam Feldman

Lieux de mémoire

Allée des Justes à Jérusalem
Allée des Justes à Paris

L'histoire

Gilles Fedi était officier de police à Marseille. Ne faisant pas mystère de son hostilité au régime, il fut vite démis de ses fonctions par le gouvernement de Vichy. Gilles Fedi et sa femme firent la connaissance de la famille Feldman en été 1940 à la gare de Marseille alors que les uns et les autres s'apprêtaient à envoyer leurs enfants en colonie de vacances. En octobre de la même année, Gilles Fedi se trouvait par hasard à la gare lorsqu'un train arriva, rempli de Juifs du pays de Bade expulsés de l'Allemagne nazie et expédiés dans les camps d'internement du sud de la France. L'un des Juifs sauta du train et tenta de fuir, poursuivi par des gendarmes français. Observant la scène, Gilles Fedi, honteux et indigné, se mit à courir vers les gendarmes en les invectivant. Au mois de décembre 1942, les rumeurs concernant des arrestations massives de Juifs dans le quartier des Feldman se faisant insistantes, la famille vint demander asile aux Fedi. Gilles et Marie acceptèrent aussitôt, conseillant aux Feldman de ne pas même rentrer chez eux pour prendre quelques affaires. Comme la maison des Fedi était trop petite pour les deux familles, Marie Fedi partit avec ses enfants à la campagne, laissant son foyer aux Feldman et à leurs deux enfants jusqu'à la Libération. Gilles Fedi, sans travail, n’avait aucun revenu à cette époque; il trouva pourtant moyen d'aider les Feldman. Marie Fedi venait aussi les voir régulièrement. Feldman, qui appartenait à un réseau clandestin, convainquit Fedi de se joindre à lui; la maison accueillit plus d'un Juif en attente d'une cachette permanente. Catholiques pratiquants, Gilles et Marie Fedi n'étaient motivés que par leur foi et leur altruisme.

Le 1erdécembre 1970, l'Institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné à Marie et Gilles Fedi le titre de Juste parmi les Nations.

 

Exposition: Désobéir pour sauver
Gilles Fedi entouré de M. & Mme Feldman le 23 février 1971 à Yad Vashem remise du diplôme le 23 février 1971 à Yad Vashem