Schyn Antoine

Schyn Louise

Année de nomination : 1994      Dossier n° 6118 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

M. Antoine Schyn
Date de naissance :
Profession : Diamantaire
Particularité : Information non disponible

Mme Louise Schyn (née Laborderie)
Date de naissance :
Profession : Institutrice honoraire
Particularité : Information non disponible

Localisation

Localite : Anglars-Juillac
Département : Lot
Région : Midi-Pyrénées
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Information non disponible

Personnes sauvées

Mme Gilberte Tauzin (née Polack)

Lieux de mémoire

Allée des Justes à Jérusalem
Allée des Justes à Paris

L'histoire

La famille Polack habitait à Montfaucon (Lot). Connu de tous et très aimé dans la petite ville, le docteur Polack exerçait dans un cabinet de pédiatrie, où il travaillait sous contrat spécial avec le ministère des PTT; sa femme, infirmière, l'assistait. Les Polack vivaient dans l'appartement attenant au cabinet avec leur belle-fille et leur petite-fille, un bébé d'un an. Leur fille, Gilberte, était pensionnaire dans un établissement secondaire à Cahors. Le 15 décembre 1943, une semaine environ avant le seizième anniversaire de l'adolescente, la Gestapo, agissant sur dénonciation, vint arrêter le docteur Polack, sa femme, sa belle-fille et le bébé, et les transporta dans un fourgon sans fenêtre à la prison de Toulouse. Les Polack eurent tout juste le temps de dire adieu à leur fidèle secrétaire, Marinette Arjac (q.v.); Madame Polack lui demanda de retirer immédiatement Gilberte de l'école pour éviter qu'elle ne soit arrêtée elle aussi. Le jour même, Marinette se rendit à Cahors et fit sortir la jeune fille de l'établissement par la porte de derrière, au moment-même où la police allemande se présentait à l'entrée, en brandissant la photo de Gilberte. Le temps qu'ils pénètrent dans l'école, elle était loin. Mais l'adolescente ne savait où aller. Elle sollicita plusieurs amis de ses parents à Cahors; craignant d'être inquiétés, ils refusèrent tous. Une seule famille se montra prête à l'aider et l'adressa aux Schyn, des amis qui habitaient à Anglars-Juillac, localité située à une vingtaine de kilomètres de Cahors. Antoine et Louise Schyn vivaient dans une maison située dans la grand-rue du village avec leur fils de dix-neuf ans, Jean, leur fille aînée Marie et sa fillette de quatre ans. Ils furent très surpris de voir arriver cette jeune inconnue. Pourtant ils l'accueillirent chaleureusement et l'hébergèrent pendant environ quatre mois, subvenant  gracieusement à ses besoins. Vers le milieu du mois d'avril 1944, elle réussit à rejoindre son frère qui habitait à Toulouse.

Le 10 mai 1994, Yad Vashem a décerné à Antoine et Louise Schyn le titre de Juste parmi les Nations.