Coiraton Prosper

Coiraton Marie-Louise

Année de nomination : 1994      Dossier n° 6121 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

M. Prosper Coiraton
Date de naissance : 16/07/1903
Profession : Directeur d'internat, fondateur d'un pensionnat : "l'Ecole en plein air des Alpes"
Particularité : Information non disponible

Mme Marie-Louise Coiraton (née Gouttebaron)
Date de naissance : 20/09/1910
Profession : Directrice d'internat, fondatrice d'un pensionnat : "l'Ecole en plein air des Alpes"
Particularité : Information non disponible

Localisation

Localite : Gières
Département : Isère
Région : Rhône-Alpes
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Date : 28 mars 1995
Lieu : Sénat ()

Personnes sauvées

M. Louis Grobart

Mme Marie-Rose Levy

Lieux de mémoire

Allée des Justes à Jérusalem
Allée des Justes à Paris

L'histoire

Bien avant la guerre, Prosper Coiraton et sa femme Marie-Louise avaient fondé l'Ecole de plein air des Alpes, un pensionnat situé à Gières, à sept kilomètres de Grenoble dans l'Isère. Ce département était l'un de ceux que les Allemands avaient laissé sous contrôle italien quand ils avaient occupé le sud de la France en novembre 1942. L'Ecole de plein air accueillait les enfants de six à dix ans. Le matin, ils suivaient normalement les cours; l'après-midi était consacrée aux jeux et au sport dans le grand parc de l'établissement. Pendant la guerre, il comptait une centaine de pensionnaires, des catholiques pour la plupart. Un certain nombre d'enfants juifs vinrent s'inscrire pour l'année 1943/1944, soit après l'Occupation de la zone sous contrôle italien par les Allemands en septembre 1943. L'école admit environ 40 pensionnaires juifs tandis que plusieurs jeunes femmes juives étaient embauchées comme enseignantes ou pour s'occuper des enfants. Un fonctionnaire travaillant à la police de Grenoble aidait Prosper Coiraton à obtenir de faux papiers d'identité pour les élèves juifs. En dépit du grand risque qu'il prenait en accueillant des Juifs dans son établissement, le directeur ne rejeta aucune demande d'admission. Il insistait seulement pour que les enfants se conduisent comme leurs camarades chrétiens. Tous allaient donc à la messe le dimanche, simplement les petits juifs prenaient place sur les bancs du fond. Louis Graubar était l'un d’entre eux. Ses parents étaient des Juifs polonais. Le père s'était échappé par deux fois d'un camp de travail. Lorsque les Allemands firent leur entrée dans le département, M. Graubar demanda à Prosper Coiraton d'admettre le garçonnet, âgé de huit ans. Il ajouta que s’il leur arrivait quelque chose, à lui ou à sa femme, il comptait sur le directeur pour envoyer Louis chez son oncle qui vivait aux Etats-Unis. En acceptant d'accueillir l'enfant, le couple Coiraton lui sauva la vie. La police allemande procéda souvent à des contrôles dans l'école, mais elle n'y trouva jamais aucun enfant juif.

Le 22 mai 1994, l'Institut Yad Vashem de jérusalem a décerné à Prosper et Marie-Louise Coiraton le titre de Juste parmi les Nations.

 

Marie-Louise et Prosper COIRATON Marie-Louise et Propser COIRATON