Crombez Jean

Crombez Marguerite

Année de nomination : 1994      Dossier n° 6220A -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

M. Jean Crombez
Date de naissance : 25/07/1901
Date de décès : 25/07/1998
Profession : Agriculteur
Particularité : Catholique

Mme Marguerite Crombez (née Chollet)
Date de naissance : 28/02/1904
Profession : Enseignante
Particularité : Catholique, mère de 4 enfants

Localisation

Localite : Inchy
Département : Nord
Région : Nord-Pas-De-Calais
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Information non disponible

Personnes sauvées

M. Richard Treister

Mme Anna Treister (née Goldsztayn)

Lieux de mémoire

Allée des Justes à Jérusalem
Allée des Justes à Paris

L'histoire

Anna et Julien Treister, des Juifs originaires de Pologne, habitaient Lille; c'est dans cette ville qu'ils s'étaient rencontrés, mariés et qu'ils avaient fondé un foyer. Lorsque la guerre éclata, Julien s'engagea dans la Légion étrangère, laissant sa femme enceinte et ses deux petits garçons, Guy, né en 1933 et Richard, né en 1937. Anna accoucha en janvier 1940 d'une petite fille, Josette; son mari était alors prisonnier de guerre en Allemagne. Le 11 septembre 1942 fut déclenché à Lille une grande rafle de Juifs. C'était la veille de Roch Hachana, le Nouvel An juif. Par miracle Anna et ses enfants n'étaient pas à la maison, et échappèrent ainsi à l'arrestation et à la mort. Prévenue par une voisine, la jeune femme ne rentra pas chez elle mais chercha sans délai un asile pour sa petite famille. Grâce à des amis et des voisins protestants, elle réussit à placer les trois petits (voir Aymard, Lamotte, Dumoulin). Sa voisine lui conseilla de s'adresser à un pasteur protestant, Henri Nick (q.v.). Le fils de ce dernier, médecin du village d'Inchy, au sud est de Lille, persuada ses amis Jean et Marguerite Crombez d'accueillir Anna dans leur ferme. Ce couple catholique qui avait quatre enfants était bien connu et trés respecté. Marguerite enseignait le catéchisme aux enfants du village. Anna Treister fut engagée pour l'aider dans ses tâches ménagères. Les fermiers la traitèrent comme leur propre fille et lui fournirent des faux papiers et des cartes d'alimentation. Pour détourner les soupçons, la jeune femme allait à la messe le dimanche. Mais elle souffrait d’être séparée de ses enfants. Les deux garçons étaient hébergés non loin du village, et elle arrivait parfois à les voir le samedi. L'aîné, Guy, venait de temps en temps lui rendre visite le samedi et dormait alors à la ferme, malgré les risques - en effet, dans un si petit village il était difficile de garder un secret.

Le 2 août 1994, Yad Vashem a décerné à Jean et Marguerite Crombez le titre de Juste des Nations.