Schoellen Anne

Schoellen Ernest

Année de nomination : 1994      Dossier n° 6229 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Mme Anne Schoellen
Date de naissance :
Profession : Propriétaire d'une ferme d'élevage "la Ferme Vadinseau"
Particularité : Information non disponible

M. Ernest Schoellen
Date de naissance :
Date de décès : 1979
Profession : Propriétaire d'une ferme d'élevage "la Ferme Vadinseau"
Particularité : Information non disponible

Localisation

Localite : Longeville-en-Barrois
Département : Meuse
Région : Lorraine
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Date : 28 avril 1996
Lieu : Mémorial de la Shoah ()

Personnes sauvées

Mme Rolande Raiz (née Strudel)

M. André Strubel

M. Léon Strubel

Lieux de mémoire

Allée des Justes à Jérusalem
Allée des Justes à Paris

L'histoire

Le 2 juillet 1943 à 18h30, la police allemande arrêta à Chateauroux (Indre) Léon Strubel, accusé d'avoir écouté la radio de Londres et de se livrer au marché noir. En fait, son crime était d’être juif. Interrogé et torturé dans la prison de la ville, il fut interné à Drancy. Ce tailleur né en Pologne avait émigré en France dans les années vingt et y avait fondé un foyer. En 1939 il avait été mobilisé dans l'armée française. Démobilisé en 1940, il s’était installé à Chateauroux, avec sa mère, sa femme et leurs trois enfants. Le 2 juillet 1943, ces derniers, placés dans un petit village non loin de Chateauroux, échappèrent à l'arrestation. Le 20 novembre 1943, Léon Strubel quitta Drancy dans un convoi à destination d’Auschwitz, avec un groupe de prisonniers qualifiés de "dangereux" : ils avaient en effet essayé de creuser un tunnel pour s'évader du camp. Impavides, ils réussirent à dissimuler une scie et se mirent au travail dès le départ du train, creusant une ouverture dans le plancher du wagon. Dans la nuit, alors que le convoi traversait le département de la Meuse, dix-neuf personnes, dont Léon Strubel, sautèrent en marche. Blessé et couvert de sang, Léon erra jusqu'à l'aube, puis vit une ferme isolée. Comprenant qu'il ne pourrait survivre sans aide, il frappa à la porte. C’était la demeure des Schoellen, propriétaires d'un élevage de bétail à Longeville-en-Barrois. Ernest et Anne Schoellen soignèrent le blessé et le cachèrent. Ensuite Ernest se rendit à Chateauroux voir la famille de Léon, avec une lettre en Yiddish que celui-ci lui avait confié et un colis de ravitaillement. Il avait aussi pris la précaution de prendre la carte d'identité de son fils. Elle lui permit de ramener à la ferme, sous ce faux nom, le jeune André Strubel, 13 ans. André aida les Schoellen à transporter son père dans une nouvelle cachette. La générosité des fermiers ne s'arrêta pas là. Ils trouvèrent un refuge pour tous les Strubel dans le village de La Rochette en Savoie. Munis de faux papiers au nom de Strib qu'Ernest avait obtenus grâce à ses contacts dans la Résistance, les Strubel vécurent à La Rochette jusqu'à la Libération. Les deux familles restèrent amies après la guerre.

Le 2 août 1994 Yad Vashem a décerné à Ernest Schoellen et à sa femme Anne le titre de Juste parmi les Nations.