Espanet Assunta

Espanet Adolphe

Année de nomination : 1994      Dossier n° 6353 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Mme Assunta Espanet
Date de naissance :
Profession : Femme de ménage
Particularité : Information non disponible

M. Adolphe Espanet
Date de naissance :
Profession : Chauffeur de taxi
Particularité : Information non disponible

Localisation

Localite : Marseille
Département : Bouches-du-Rhône
Région : Provence-Alpes-Côte-D'Azur
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Information non disponible

Personnes sauvées

Mme Viviane Schwetz

Mme Josée Schwetz

Lieux de mémoire

Allée des Justes à Jérusalem
Allée des Justes à Paris

L'histoire

Les Schwetz vivaient à Lille avec leurs deux filles, Viviane et Josée, nées l'une en 1934 et l'autre en 1936. Quand la guerre éclata, M. Schwetz s'engagea dans la Légion Etrangère. Sa femme et ses filles quittèrent la ville, envahie par les réfugiés venant de Belgique, et errèrent à travers le pays, pour aboutir enfin à Rouen. En 1942, elles franchirent la ligne de démarcation pour rejoindre le père de famille qui, démobilisé, s'était installé à Marseille. Lorsque les Allemands occupèrent la zone sud, la situation devint périlleuse. M. Schwetz, qui avait été décoré pour ses exploits au front par le maréchal Pétain, ne se sentait pas en danger; toutefois l'été suivant sa femme et lui décidèrent de cacher les deux fillettes, afin de les mettre à l'abri. Des amis leur conseillèrent de s'adresser à Adolphe Espanet, un chauffeur de taxi dont la femme, Assunta, faisait des ménages et gardait des enfants. Le couple accepta moyennant le versement d'une pension pour l'entretien des petites. Adolphe Espanet venait régulièrement chercher du ravitaillement chez les Schwetz. En octobre 1943, lorsque l'année scolaire commença, ceux-ci engagèrent un instituteur pour donner aux deux filles des cours particuliers à domicile, chez les Espanet. Au début du mois de novembre, alors qu'Adolphe arrivait comme chaque semaine pour chercher le ravitaillement, il vit la Gestapo arrêter le couple Schwetz. La maman réussit à lui murmurer "mes filles" avant d'être emmenée. Il rentra chez lui si bouleversé que, pendant deux semaines, il fut incapable de dire aux fillettes que leurs parents avaient été arrêtés. Quand il les en informa enfin, il leur promit de continuer à les héberger et à s'occuper d'elles jusqu'au retour de leurs parents. Déportés à Auschwitz, les Schwetz n'en revinrent jamais. Les Espanet procurèrent de faux certificats de baptême aux petites et les envoyèrent à l'école. Malgré leurs modestes ressources, ils veillèrent à subvenir à leurs besoins, sans plus recevoir de contrepartie. Viviane et Josée les appelaient "maman" et "parrain". Après la guerre, des amis rouennais de la famille Schwetz retrouvèrent la trace des enfants, qui figuraient sur les listes de la Croix-Rouge. Ils voulurent les adopter et les élever avec leurs trois fils. Les Espanet ne donnèrent leur accord qu'après s'être assurés qu'il s'agissait vraiment d'amis de la famille qui ne cherchaient que le bien des petites. Viviane et Josée continuèrent à venir les voir et à correspondre avec leurs sauveteurs. Bien des années plus tard, Adolphe Espanet leur raconta que, pendant tout leur séjour chez lui, l'un de ses voisins, lui aussi chauffeur de taxi, l'avait à maintes reprises menacé de le dénoncer parce qu'il cachait des juives. Les deux soeurs se rappelaient que les hommes s'étaient souvent querellés, mais elles n'avaient jamais su pourquoi.

Le 17 octobre 1994, Yad Vashem a décerné à Adolphe et Assunta Espanet le titre de Juste parmi les Nations.