Bronchard Léon

Année de nomination : 1994      Dossier n° 6354 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

M. Léon Bronchard
Date de naissance : 11/09/1896
Date de décès : 25/09/1986
Profession : Conducteur de locomotive
Particularité : Résistant

Localisation

Localite : Brive-la-Gaillarde
Département : Corrèze
Région : Limousin
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Information non disponible

Personnes sauvées

Mme Paulette Babiz (née Rosenberg)

M. Adolphe Strytowsky

Lieux de mémoire

Square des Justes parmi les Nations
Allée des Justes à Jérusalem
Allée des Justes à Paris

L'histoire

Léon Bronchard Léon Bronchard était né en 1898. Depuis la fin de la première guerre mondiale il était ingénieur et conducteur de locomotive. Lorsque la France signa l'armistice en juin 1940, il vivait à Brive-la-Gaillarde en Corrèze, donc en zone non occupée par les Allemands. Il était opposé à la politique de Vichy, pour des raisons tant idéologiques qu'humanitaires. En novembre 1942, lorsque les Allemands occupèrent le sud de la France, Léon Bronchard avait pour voisins à Brive la famille Rosenberg. Il s'agissait de Juifs polonais venus vivre à Paris en 1920. Trois de leurs enfants étaient nés en France. Bien qu'installés dans ce pays de longue date, les Rosenberg n'avaient pas la nationalité française. Ils avaient fui Paris occupé pour se réfugier à Brive. Le père de famille faisait de la résistance avec son fils aîné, laissant sa femme et ses trois filles à Brive. L'ingénieur leur sauva la vie en leur fournissant de faux papiers si bien faits que Paulette, qui avait dix-sept ans, put les utiliser pour servir de courrier dans la Résistance, transmettant documents et informations. Léon Brochard contribua aussi au salut d'Adolphe Strykowsky, autre Juif né en Pologne, ami des Rosenberg. La Gestapo était sur sa piste; aussi un soir Léon lui prêta un uniforme SNCF et ils se rendirent ensemble à la gare. Puis l'ingénieur prit un train en stationnement et le fit démarrer; trois kilomètres plus loin Adolphe monta à bord. Le train se rendit à Grenoble, alors sous occupation italienne. Le courage de Léon Bronchard finit par le perdre. Déjà le 31 octobre 1942, quelques jours avant l'occupation du sud de la France, il avait refusé de conduire un train transportant de Montauban, des déportés juifs vers l’est. Deux mois plus tard, c'est un convoi de soldats allemands qu'il refusa de conduire. Arrêté, il fut déporté dans un camp de concentration avec son fils aîné, Louis, qui avait vingt ans. C'est le seul conducteur de train connu qui eut le courage et l'audace de refuser de transporter des déportés juifs. Son fils Louis survécut et rentra en France après la guerre.

Le 17 octobre 1994, l'Institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné à Léon Bronchard le titre de Juste parmi les Nations.