Bondoux Jean

Bondoux Hélène

Bondoux René

Année de nomination : 1994      Dossier n° 6366 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

M. Jean Bondoux
Date de naissance :
Profession : Agriculteur
Particularité : Information non disponible

Mme Hélène Bondoux (née Poivre)
Date de naissance :
Profession : Agricultrice
Particularité : Information non disponible

M. René Bondoux
Date de naissance :
Profession : Agriculteur
Particularité : Information non disponible

Localisation

Localite : Sainte-Gauburge-Sainte-Colombe
Département : Orne
Région : Basse-Normandie
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Date : 21 janvier 1996
Lieu : Musée de la Résistance nationale de Champigny-sur-Marne ()

Personnes sauvées

Mme Anna Frey (née Gutmacher)

M. Marc Gutmacher

M. Jacob Gutmacher

Mme Cécile Gutmacher (née Kaszket)

Lieux de mémoire

Allée des Justes à Jérusalem
Allée des Justes à Paris

L'histoire

Les Gutmacher étaient des Juifs de Pologne venus s'installer en France, où se trouvaient déjà d'autres membres de la famille, vers la fin des années vingt. Ils vendaient des articles de maroquinerie. Leur fille aînée, Anna-Nathalie, était née en 1931. Lors des vacances d'été de 1942, le médecin leur conseilla d'envoyer la fillette à la campagne. L'un de leurs clients leur recommanda une famille qu'il connaissait à Ste-Gauburge, petit village du département de l'Orne, à environ 120 kilomètres à l'ouest de Paris. Profitant du congé de la fête nationale, le 14 juillet de cette même année 1942 - deux jours seulement avant le déclenchement des grandes rafles de Juifs à Paris - les Gutmacher décidèrent d'aller rendre visite à leur fille. A cette période, l'atmosphère était lourde à Paris et les rumeurs abondaient. Les Gutmacher, qui n'avaient pas la nationalité française, se sentaient particulièrement menacés et se préparèrent à une longue absence, ils écoulèrent autant de marchandises que possible en baissant leurs prix. Puis, enlevant de leurs vêtements l'étoile jaune, ils partirent pour Ste-Gauburge, où ils trouvèrent à se loger à un prix exorbitant chez une habitante. Un peu plus d'un an plus tard, le 22 octobre 1943, ils furent arrêtés avec leur fille sur dénonciation et incarcérés à la prison de la ville voisine d'Argentan. Madame Gutmacher était enceinte de sept mois lors de son arrestation; deux mois plus tard elle mit au monde son fils, Marc, dans l'infirmerie de la prison. Grâce à des amis, les Gutmacher réussirent à se sauver de l'hôpital de la prison au début de mars 1944. René et Hélène Bondoux, aidé de leur fils Jean qui n'avait que dix-sept ans, leur avaient préparé un logement à Ste-Gauburge. Toutefois, comme c'était là qu'ils avaient été arrêtés, ils y étaient trop connus pour pouvoir rester.  On leur trouva donc un autre abri : une maison isolée et à l'écart dans un village voisin. Madame Bondoux y était partie les attendre avec un repas chaud. Les Gutmacher vécurent dans ce refuge que leur avaient trouvé les Bondoux jusqu'à la fin de la guerre. Ils étaient ravitaillés par leurs sauveteurs, qui s'occupaient d'eux au mépris des risques considérables, n'acceptant que des sommes modiques pour la nourriture. Les liens d'amitié nés entre les deux familles se poursuivirent après la guerre.

Le 26 décembre 1994, Yad Vashem a décerné à René et Hélène Bondoux et leur fils Jean le titre de Juste des Nations.