Boehm Adolphe

Boehm Marie

Année de nomination : 1994      Dossier n° 6369 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

M. Adolphe Boehm
Date de naissance : 16/07/1926
Profession : Information non disponible
Particularité : Catholique

Mme Marie Boehm (née Hagen)
Date de naissance :
Profession : Information non disponible
Particularité : Catholique

Localisation

Localite : Paris
Département : Paris
Région : Ile-de-France
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Information non disponible

Personnes sauvées

Mme Camille Rosenstiehl

Mme Irène Rosenstiehl

M. Raymond Rosenstiehl

M. Rosenstiehl

Mme Rosenstiehl

Lieux de mémoire

Le parcours sonore des Justes de Paris
Allée des Justes à Jérusalem
Allée des Justes à Paris

L'histoire

Adolphe et Marie Boehm Née en Autriche dans une famille catholique, Marie Hagen avait épousé un industriel juif allemand, Joseph Boehm. Joseph fut interné au camp de  Dachau en 1933, mais Marie réussit à l’en faire libérer quelques mois plus tard. Le couple émigra et s’installa à Paris avec ses deux enfants, Gérard et Adolph, élevés dans la foi catholique. Joseph Boehm devint membre de la rédaction du quotidien anti-nazi Pariser Zeitung, mais fut interné au camp de Gurs, dès la déclaration de guerre, en tant que « ressortissant ennemi ». Après l'armistice franco-allemand en juin 1940, il s’évada de Gurs et gagna la Suisse, pour ne retrouver les siens à Paris qu’après la Libération.

Pendant toute l’Occupation, Marie Boehm et ses deux fils vécurent à Paris, où ils avaient été rejoints par la sœur de Marie, Anita Hagen. Leur domicile devint un hâvre pour de nombreux réfugiés étrangers, parmi lesquels beaucoup de Juifs. Animée d’un généreux esprit de solidarité et faisant preuve d’énergie et de sens de l’organisation, Marie réunit autour d’elle un groupe informel de femmes courageuses qui parvint à secourir des Juifs aux abois. Son fils Adolph, qui deviendra plus tard compositeur et pianiste de talent, étudiait le dessin et se révéla un virtuose de la confection de faux cachets. Il fabriqua et distribua de faux titres d’identité. Le couple Rosenstiehl et trois de leurs enfants déjà adultes, Irène, Camille et Raymond en furent, entre autres, les bénéficiaires. Marie Boehm leur procura un logis clandestin à Pré Saint Gervais, en proche banlieue. En rapport avec les membres d’une filière d’informateurs, elle prévenait les Juifs de son quartier des opérations policières imminentes. Bien secondée par son entourage, Marie Boehm prit des risques majeurs, tout en sachant déjouer les dangers.

Le 26 décembre 1994, Yad Vashem a décerné à Marie Boehm et Adolph Boehm le titre de Juste des Nations.