Monnais Thérèse

Année de nomination : 1995      Dossier n° 6463 -  Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Mme Thérèse Monnais
Date de naissance : 16/12/1920
Date de décès : 26/01/2019
Profession : Nourrice
Particularité : Information non disponible

Localisation

Localite : Orphin
Département : Yvelines
Région : Île-de-France
Pays : France

Cérémonies de reconnaissance

Date : 5 décembre 1995
Lieu : Musée de la résistance national à Champigny-sur-Marne ()

Personnes sauvées

Mme Claudine Couillaud (née Koeniget)

Lieux de mémoire

Allée des Justes à Jérusalem
Allée des Justes à Paris

L'histoire

Thérèse Monnais habitait à Orphin (Yvelines). En 1933 elle prit en nourrice Claudine Koeniget, que ses parents, des Juifs parisiens, étaient venus lui confier. L'enfant demeura six ans auprès d'elle; ses parents vinrent la rechercher lorsqu'elle eut atteint l'âge scolaire. Pendant l'été de 1942, la famille Koeniget décida de s'enfuir en zone sud pour échapper aux rafles. Elle engagea un guide à prix d'or pour franchir la ligne de démarcation. Ayant touché son argent, le guide livra les Koeniget aux Allemands. M. et Mme Koeniget furent déportés vers les camps de l'est. Claudine, qui avait alors neuf ans, fut ramenée à Paris et rentra seule dans l'appartement familial. Elle alla voir la concierge et lui demanda de prévenir Thérèse Monnais qui vint immédiatement la chercher. Claudine vécut chez elle, à Orphin, pendant trois ans, jusqu'après la Libération. Thérèse la traita comme sa propre fille, en la comblant d'affection, sans chercher la moindre contrepartie. Pour ne pas éveiller les soupçons des gens du village, l'enfant fut baptisée et fit sa première communion. Claudine, qui figurait sur la liste des personnes recherchées par la police, fut ainsi protégée par son certificat de baptême; seuls les Monnais savaient qu'elle était juive. L'affection de l'enfant pour sa mère adoptive persista après la guerre. Mariée et mère de famille à son tour, Claudine confia son premier enfant, un garçon né en 1954, à Thérèse Monnais.

Le 2 janvier 1995, Yad Vashem a décerné à Thérèse Monnais le titre de Juste parmi les Nations.